Isolation phonique des murs : comment retrouver le confort acoustique ?

L’isolation des murs, en particulier l’isolation phonique des murs est un enjeu primordial pour conserver le confort acoustique de votre logement, et ainsi éviter les nombreuses nuisances sonores pouvant provenir de différentes sources.

L'isolation phonique des murs, une démarche salutaire pour retrouver le confort acoustique :

  • Mettez un terme aux fuites sonores, aux bruits extérieurs ou au vacarme provoqué par les équipements du voisinage (lave-linge, VMC, ...) ;
  • Profitez de conseils et d’aides financières pour vos travaux d’isolation phonique ;
  • Réalisez les travaux d’isolation phonique en passant par un acousticien professionnel ;
  • Faîtes installer une cloison, une contre-cloison et/ou des panneaux isolants pour parvenir à insonoriser votre domicile ; 
  • Optez pour des fenêtres et des portes étanches à l’air.

Des nuisances sonores qui s’invitent à votre domicile

La Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA) 

Effective pour tous les bâtiments dont le permis de construire a été déposé à partir du 1er janvier 2000, la Nouvelle Réglementation Acoustique prévoit des objectifs plafonnés en vue de limiter les bruits provenant de l’extérieur, mais également de l’intérieur des logements.

L’isolement aux bruits aériens issus de l’extérieur (trafic routier, ferroviaire, …) doit être égal ou supérieur à 30 décibels, par exemple. 

Cette NRA implique donc légalement le propriétaire à effectuer les travaux d’isolation des murs pour convenir aux normes sonores édictées.

Identifier les types de bruits 

Cela peut paraître trivial, mais l’étape primordiale avant de démarrer vos travaux d’isolation phonique des murs, consiste à identifier les différentes sortes de bruits qui affectent (hélas) votre quotidien. 

Ces nuisances sonores perturbent votre confort acoustique (une balance positive qui incline vers le calme de votre domicile). 

Parmi ces bruits, vous trouverez :

  • les bruits aériens intérieurs ou extérieurs, qui font vibrer vos murs (mitoyens ou non) comme les cris, les conversations à haute voix, les pleurs, qui s’infiltrent par dessous les portes, les fenêtres, volets roulants … ;
  • les bruits d’impact comme les chutes d’objets, les bruits de pas ou le passage d’un train ;
  • les bruits d’équipements provoqués par les lave-linge, tuyauteries, ventilation, chaudière, etc. 

Le saviez-vous ?

80 % des bruits aériens extérieurs proviennent des transports.

Isolation des murs : estimez vos aides !

Faites des économies d'énergie et améliorez votre confort grâce aux aides de l'État pour isoler vos murs intérieurs ou extérieurs.

Calculer mes aides

Les matériaux épais vous protègent des nuisances sonores

Vous pensiez que seule l’épaisseur de l’isolation extérieure des murs ou encore intérieure comptait pour faire barrière aux bruits ? Détrompez-vous : l’isolation phonique est affaire de matériau lourd.

La loi de masse nous apprend en effet qu’à épaisseur égale, plus un matériau est lourd, plus il diminue la transmission des ondes sonores : le béton, par exemple, protège bien mieux des nuisances sonores que du plâtre.

Un système quasiment analogue permet également d’amortir le bruit grâce à une disposition suivante : un isolant souple (ou ressort) est encadré de deux masses (les murs existants), permettant à la paroi d’atténuer grandement l’onde sonore.

Le son fait des siennes !

Le son évolue comme une onde de pression : intensité (en décibels), fréquence (en Hertz) et durée en sont les caractéristiques.

Les ondes sonores se propagent par plusieurs canaux

Vous êtes résolus à rétablir le confort acoustique de votre foyer et à réaliser pour l’occasion des travaux d’isolation phonique : encore un peu de patience. 

Avant d’entreprendre la moindre démarche, il vous faut contrôler tous les canaux par lesquels les nuisances sonores se propagent :

  • par les fentes sous les portes et les fenêtres ;
  • via les tuyauteries ;
  • par les grilles d’air ;
  • par les conduits de ventilation ;
  • au niveau des murs mal jointés ;
  • au niveau des joints de menuiserie ; 
  • au niveau de la hotte.

ondes sonores

Procéder aux travaux d’isolation phonique des murs

Aux petits maux les petits moyens

Parfois, il n’est pas nécessaire de recourir à des travaux d’envergure pour assurer le confort acoustique de votre appartement ou de votre maison.

Si le volume des nuisances sonores est modéré et que vous avez identifié les canaux porteurs d’ondes sonores, de menus travaux existent pour vous aider dans votre quête :

  • l’ajout de panneaux de mousse acoustique ;
  • le rembourrage par bourrelets de calfeutrage des interstices défaillants.

L’art de la contre-cloison insonorisante ou isolation par doublage sur ossature

Lorsque votre domicile n’est plus assez insonorisé, vous pouvez avoir recours à une isolation phonique intérieure des murs (plus rarement une isolation phonique extérieure des murs). Ici, le procédé implique un doublage sur ossature

Derrière cette solution artisanale à la dénomination un peu barbare, il y a un procédé trè

  • une contre-cloison vient renforcer l’un de vos mur intérieur ou mitoyen ;
  • cette contre-cloison est dotée d’une ossature métallique établie au sol ainsi qu’au plafond ;
  • un absorbant ou isolant acoustique (type laine minérale) s’insère au niveau de l’ossature ;
  • une plaque de plâtre recouvre la fin de l’ouvrage et conclut le travail.

Attention cependant à la couche d'épaisseur (7 cm en moyenne) susceptible de rogner sur votre espace de vie.

Isolation des murs : votre devis gratuit

Hello Watt vous accompagne de A à Z pour isoler vos murs : calcul des aides, devis détaillé et vérification des artisans !

Je demande mon devis

La contre-cloison a des avantages :

  • une isolation améliorée face aux bruits aérien ;
  • une dimension esthétique appréciable (vous pouvez faire passer vos câbles derrière la cloison) ;
  • un gain d’isolation thermique non-négligeable;
  • une amélioration de l’isolation phonique avec des plaques de plâtre supplémentaires

La pose de cloison insonorisante

Une autre solution d’isolation phonique des murs intérieurs consiste en la pose de cloison insonorisante en choisissant la bonne épaisseur de votre isolation en placo. Séparez ainsi deux pièces par une paroi double de plaques de gyproc intégrant (comme pour la contre-cloison) une surface intermédiaire : un isolant phonique

Vous pouvez jouer sur l’épaisseur des parois ou de l’isolant pour gagner en isolation phonique et amortir ainsi les fuites sonores.

Faîtes appel à un professionel :

Notez que ce type de travaux d’isolation sonore intérieur des murs nécessite l’intervention d’un artisan Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) : vous pourriez bénéficier de quelques aides de l’État pour vos travaux d’isolation des murs. Effectuez votre devis gratuitement sur notre simulateur.

L’isolation phonique des murs par doublage collé

Très adaptée en contexte de construction neuve, l’isolation phonique des murs par doublage collé est plus facile à réaliser, quoique légèrement moins performante en matière de neutralisation sonore.

La technique repose sur le collage (au moyen de plots de colle) de panneaux deux en un directement sur le mur (mitoyen ou non) :

  • vérifiez que les murs soient bien plans et non humides ;
  • privilégiez une épaisseur d'isolant plus conséquente (10 cm en moyenne).

Choisir les bons matériaux isolants en fonction de votre isolation

Enfin, vous avez le choix entre trois types d’isolant à appliquer en fonction de la technique d’isolation phonique utilisée (doublage collé ou doublage sur ossature). Chacun des matériaux s’adapte particulièrement bien à une isolation employée :

  • les laines minérales (laine de verre et laine de roche) bénéficient d’une bonne performance thermique et agissent en bon isolant phonique tant pour le doublage collé, que pour le doublage sur ossature ;
  • les isolants biosourcés (laines végétales ou animales) comprenant la ouate de cellulose, le liège, le pan-terre (composition de cellulose et de lin) ou encore la fibre de bois sont légèrement plus onéreux que les laines minérales, mais bénéficient d’une meilleure performance écologique ;
  • Le polystyrène élastifié (PSEE) convient parfaitement au doublage collé. Le PSE non élastifié est toutefois à bannir des travaux d’isolation phonique (celui-ci atténue l’isolation acoustique du mur).

Vous avez des questions ?

Puis-je réaliser seul les travaux d’isolation phonique des murs ?

Vous pouvez entreprendre de menus travaux d’isolation phonique : le rembourrage des interstices par l’ajout de mousse acoustique, par exemple. En revanche, il est conseillé de faire appel à un professionnel pour la pose de panneaux et d’ossature ou de doublage collés.

Puis-je bénéficier d'aides financières pour les travaux d’isolation phonique des murs ?

Les aides financières pour l’’isolation thermique des murs intérieurs ou extérieurs sont également valables pour l’isolation phonique des murs de votre maison. Les foyers les plus précairement insonorisés, au contact d’une zone aéroportuaire, peuvent solliciter le Plan de Gêne Sonore, mis en place par les exploitants des neufs principaux aéroports français.

Les travaux d’isolation phonique de mes murs assurent t-ils également une isolation thermique ?

Certains isolants (biosourcés ou laines minérales notamment) confèrent, en plus d’une bonne insonorisation, une isolation thermique notable. Cependant, la pose de cloisons ou de panneaux insonorisants ne saurait remplacer des travaux d’isolation (thermique) intérieure ou extérieure des murs, afin d’agir efficacement sur vos déperditions ou chutes de chaleur.

 

Alexandre François

Alexandre François

Responsable éditorial

Après ses études supérieures, Alexandre rejoint Hello Watt en 2019. En charge du pôle contenu, il est expert des sujets liés au marché de l'électricité et du gaz, au développement de la concurrence et aux fournisseurs.