5 idées reçues de nos abonnés sur le photovoltaïque

Le solaire a de plus en plus de succès en France, mais il est aussi victime de nombreux clichés auprès des particuliers. En tant que conseiller énergie, notre rôle est de vous aider à y voir plus clair sur le sujet. Nous avons donc recueilli des commentaires récurrents sur notre compte Facebook et les avons croisés avec l’étude du CNRS Le solaire photovoltaïque en France : réalité, potentiel et défis. Découvrez 5 clichés démentis sur le solaire juste ici !

Vrai faux sur le solaire résidentiel

Les panneaux solaires ne se recyclent pas 

C’est une critique qui est souvent faite à l’encontre du photovoltaïque : selon certains particuliers, parmi lesquels quelques-uns de nos abonnés Facebook, le solaire ne serait pas à proprement parler une énergie renouvelable, puisque les panneaux solaires ne seraient pas recyclables une fois en fin de vie.

D’après l’étude Le solaire photovoltaïque en France : réalité, potentiel et défis préparée par des chercheurs et des chercheuses du CNRS et de la Fédération de recherche du Photovoltaïque, il s’agit là d’une idée reçue.

Oui le recyclage des panneaux PV est possible, la collecte et le traitement en fin de vie des modules et de l'onduleur sont d'ailleurs obligatoires. En masse, jusqu'à 95 % d’un module peut être valorisé. Néanmoins, valoriser ne signifie pas recycler car les matériaux perdent en valeur dans le processus.
CNRS

La fabrication de panneaux solaires pollue

Dans la même veine, de nombreux particuliers s’inquiètent de l’impact que peut avoir la production de panneaux solaires sur l’environnement. Les arguments tels que de fortes émissions de CO2 ou l’utilisation de métaux rares lors de la fabrication des panneaux, mais aussi l’artificialisation des sols liés au développement de la filière sont régulièrement avancés sur les réseaux sociaux ou ailleurs pour soutenir cette théorie. Or, il faut nuancer quelque peu ces propos.

Voici ce que répondent les chercheurs du CNRS en ce qui concerne l’utilisation de métaux rares : 

Les modules PV ne contiennent pas de terres rares. Seuls quelques métaux utilisés dont les ressources sont limitées (argent, indium) nécessiteront une adaptation des technologies industrielles à long terme, mais la rareté des matériaux n'est pas un verrou pour le déploiement du photovoltaïque à grande échelle. Les terres rares constituent un ensemble d’éléments du tableau périodique qui ne sont pas tous… rares ! Quoi qu’il en soit, aucun de ces éléments n’est utilisé dans les technologies photovoltaïques actuelles.
CNRS

Concernant la critique des émissions carbone, l’étude explique : 

Il faut faire une analyse des émissions sur le cycle de vie des moyens de production électrique, et pas uniquement au moment de la construction. Le PV et le nucléaire génèrent des émissions du même ordre de grandeur (10-40 gCO2eq/kWh), largement inférieures à celles des centrales à gaz, charbon ou fioul (500-1000 gCO2eq/kWh). L’empreinte carbone de la production d’électricité solaire PV continue de diminuer et n’est pas un enjeu majeur.
CNRS

Enfin, pour l’idée selon laquelle le solaire est une énergie diffuse, responsable de l’artificialisation des sols, voici ce qu’il faut savoir : 

Oui, l'énergie solaire est diffuse, et c'est un atout : l'énergie solaire est abondante, disponible partout, sans le danger que constitue toute source d'énergie concentrée. Non, le développement du solaire photovoltaïque ne nécessite pas d'empiéter sur les espaces naturels ou agricoles, il ne se fera pas forcément au détriment des forêts, des cultures ou des espaces protégés (voir fiches n°16 à 18). Il n'est pas nécessaire d'augmenter l’artificialisation des sols pour atteindre les objectifs de neutralité carbone en 2050 !
CNRS

Trouvez les meilleurs panneaux solaires !

Le photovoltaïque et vous, ça fait deux ? Nos experts solaires vous accompagnent pour trouver la meilleure installation possible, en fonction de votre budget.

Je demande un devis gratuit

L’installation de panneaux solaires n’est pas éligible aux aides de l’Etat

Beaucoup d’internautes s’interrogent sur l’existence ou non de subventions de l’Etat en ce qui concerne le solaire en France. Rares sont ceux qui sont au courant qu’il existe effectivement des aides pour encourager les particuliers à passer à l’autoconsommation.

Voici les différentes aides pour le solaire présentées par l’étude du CNRS :  

  • “Une prime d’investissement réservée aux petites installations avec autoconsommation partielle de la production, allant de 0,08 à 0,38 €/W selon la puissance installée."
Un dispositif d’obligation d’achat de la production injectée sur le réseau pour les installations de faible puissance (jusqu’à 500 kW, ou 100 kW en cas d’autoconsommation). Le tarif d’achat dépend de la puissance de l’installation et de son type (autoconsommation ou injection totale dans le réseau) et est compris entre 0,1 et 0,18 €/kWh. Il est garanti par contrat sur 20 ans.
CNRS
  • "Pour les puissances plus importantes, le soutien se fait à travers une mise en concurrence dans le cadre d’appels d’offre dédiés, par exemple, aux installations sur bâtiments, au sol ou pour des ombrières de parking. Ce sont des contrats de garantie de revenus (ou complément de rémunération) établis sur 20 ans : l’Etat paie la différence entre le prix du marché horaire et le prix de référence du contrat défini lors de l'appel d'offre.”

Installation solaire : vous avez droit à des aides

L'État a mis en place plusieurs dispositifs pour aider les particuliers à financer l'installation de panneaux solaires photovoltaïques.

Simuler mon installation

Le potentiel de production photovoltaïque en toiture en France est faible  

Certaines personnes arguent que la France ne dispose pas de suffisamment de toitures pour permettre un développement important du solaire. 

Or, selon l’étude du CNRS, les chiffres de production avancés sont potentiellement sous-estimés :

La France a le plus fort potentiel économiquement intéressant de production PV en toiture en Europe, avec environ 90 TWh/an à un coût inférieur à 0,12 €/kWh (LCOE), et 125 TWh pour un coût allant jusqu’à 0,15 €/kWh.
CNRS

Les panneaux solaires ont une durée de vie très courte

Très souvent, les particuliers pensent que la durée de vie d’un panneau solaire n’excède pas 10 à 15 ans. C’est en réalité sa rentabilité qui est comprise dans cette fourchette.

En ce qui concerne la durée de vie d’une installation solaire, elle est plus longue que ce que l’on pourrait penser et des études ont même montré que les panneaux se dégradent moins vite que prévu.

La durée de vie d'une installation est estimée à 30 ans, avec une perte d’efficacité de l'ordre de 0,5 %/an. Les fabricants de panneaux PV garantissent une durée de vie de 25 à 30 ans, pendant laquelle la puissance reste au moins égale à 80 % de la valeur nominale. La dégradation peut varier selon le type de module et l’environnement.
CNRS

Vous avez envie de produire votre propre électricité grâce à l'installation de panneaux solaires chez vous ? Vous ne savez pas par où commencer ? Nos conseillers solaires répondent à toutes vos questions et vous aident à estimer la rentabilité de votre projet. Appelez-les gratuitement au 09 71 07 07 40 ou faites une simulation en ligne !

Modifié le 19 avril 2022

Sarah Nedjar

Rédactrice experte énergie

Après une classe prépa lettres et l'obtention d'un Master en management interculturel, Sarah rejoint Hello Watt en 2021. Elle rédige des contenus (articles de blog, newsletters, communiqués de presse) sur l'actualité du marché de l'énergie.

Commentaires

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire