Consommation chauffage électrique : les conseils pour alléger votre facture

L’hiver arrive à grand pas. Bientôt, les rues ne seront plus que bonnets, moufles, cols roulés, neige et soleil glacé. Parce qu’à l’extérieur, comme à l’intérieur l’idée, c’est de rester au chaud. Alors, dehors on se couvre, et dedans… on monte le chauffage ! …

L’hiver arrive à grand pas. Bientôt, les rues ne seront plus que bonnets, moufles, cols roulés, neige et soleil glacé. Parce qu’à …

L’hiver arrive à grand pas. Bientôt, les rues ne seront plus que bonnets, moufles, cols roulés, neige et soleil glacé. Parce qu’à l’extérieur, comme à l’intérieur l’idée, c’est de rester au chaud. Alors, dehors on se couvre, et dedans… on monte le chauffage ! L’inconvénient, c’est qu’en augmentant le thermostat, on augmente aussi sa facture, parfois pas prévu dans votre contrat. Le chauffage à l’électricité est favorisé par 31% des foyers français, ce qui en fait le premier poste de dépenses électriques… et la première cause de factures salées. Mais cette année, pas de surprise ! On vous donne les astuces pour réduire la consommation de votre chauffage électrique, afin que votre intérieur et votre porte-monnaie restent au chaud tout l’hiver.

Réduire sa consommation de chauffage électrique

Les bons réflexes pour réduire sa consommation de chauffage électrique

Afin de réduire sa consommation de chauffage électrique, plusieurs actions simples peuvent être mise en place pour gagner en confort et faire des économies.

Des radiateurs moins gourmands

Tout d’abord, assurez-vous que les appareils de chauffage électriques présents à votre domicile (ou ceux que vous projetez d’acheter) ne sont pas énergivores. La question à savoir quel radiateur électrique choisir se pose souvent car il en existe plusieurs sortes, dont les caractéristiques ont une influence directe sur votre consommation électrique. Par exemple si vous possédez des convecteurs, (radiateurs électriques “basiques” dont le principe consiste à capturer l’air par le bas et le faire ressortir par le haut de l’appareil), sachez que vous avez- là l’appareil de chauffage le plus énergivore qu’il soit. Ces ogres mangeurs d’électricité, dont le coût d’investissement reste le plus faible du marché, consomment environ 1500W. Et comme si cela ne suffisait pas, ils échouent à répartir de manière homogène l’air chaud dans une pièce. En résumé, les convecteurs coûtent beaucoup, consomment beaucoup et ne chauffent pas grand chose. Dans la même veine, les radiateurs à panneaux rayonnants, particulièrement répandus en raison de leur faible coût d’achat,sont aussi de gros consommateurs d’énergie. Ainsi, avant de vous faire surprendre par une vague de froid, faites un petit tour de vos installations et, si vous en constatez la nécessité, optez pour un type de chauffage électrique basse consommation. A titre d’exemple, bien que l’investissement de départ soit plus élevé que pour les appareils “classiques”, les radiateurs à inertie et les radiateurs à accumulation offrent de bien meilleures performances énergétiques et, sur le long terme, des économies notables sur votre facture de chauffage.

Régulez et programmez votre consommation

Dans un second temps, régulez et, si vous le pouvez, programmez votre chauffage ; pour faire des économies d’énergie, il est important de pouvoir maîtriser la consommation de votre radiateur électrique. Il n’est pas nécessaire de faire monter le thermostat dans les tours à toute heure du jour et de la nuit pour avoir une sensation de chaleur confortable à la maison. Dans son guide pour se chauffer mieux et moins cher, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) préconise une température entre 19°C et 21°C dans les pièces occupées la journée et 17°C dans votre chambre la nuit. Notez tout de même qu’au-delà de 20°C, chaque degré supplémentaire occasionnera une augmentation de 7% sur votre facture ; ça vaut le coup de préférer un bon pull ! Si vous n’êtes pas chez vous dans la journée, baissez votre thermostat à 16°C afin de ne pas occasionner de dépenses énergétiques superflues. La bonne nouvelle c’est que la technologie a aussi conquis le monde de l’énergie ; il existe aujourd’hui des thermostats d’ambiance programmables. De cette façon, vous pouvez prévoir la remontée de votre chauffage entre 30 minutes et 1 heure avant votre retour chez vous. En régulant ainsi votre thermostat vous pourrez faire jusqu’à 15% d’économies d’énergie. Pour les férus de domotique, vous pouvez également faire le choix d’un thermostat connecté qui vous permettra de réguler à distance la chaleur de votre intérieur. Et comme il fait partie des installations éligibles au Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE), vous pourrez déduire 30% de son prix d’achat de votre impôt sur le revenu.

Ça vous dirait de payer votre énergie moins cher ?

Avec Hello Watt, dites Bye Bye aux factures énergétiques trop salées !

Je fais des économies !

Pour finir, n’aérez pas plus d’une heure dans la journée et assurez-vous de bien fermer fenêtres et volets en votre absence, afin de conserver la chaleur.

Dans le cas où une sensation de froid persiste, il se pourrait que votre logement souffre de déperditions thermiques auquel cas d’autres actions sont à envisager. Pour prendre conscience de vos dépenses énergétiques et de leur effet sur votre budget, vous pouvez réaliser une simulation de votre facture EDF qui saura mettre en lumière les excès où il y en a.

Pour réduire la consommation de votre chauffage électrique, isolez-vous !

réduisez votre consommation de chauffage électrique, isolez-vous !

Petits travaux, grandes performances énergétiques

Une consommation excessive de chauffage électrique s’explique très souvent par la mauvaise isolation d’un logement.

Pour connaître les performances énergétiques de votre maison ou de votre appartement, vous pouvez vous reporter à l’étiquette énergie du Diagnostic de Performance Énergétique (DPE), dont la fourniture est obligatoire pour les logements à la vente et à la location depuis 2011. Cette étiquette, qui permet entre autre d’estimer sa consommation électrique, donne l’indice de consommation énergétique annuelle d’un logement, exprimé en KWh/m2.an. Y figurent 7 classes énergétiques, de A à G. Un logement classé A est très économe, un autre classé G, très énergivore et très difficile à chauffer. La moyenne nationale du DPE se situe en catégorie E avec une consommation énergétique de 250 KWh /m2.an. A titre d’exemple, pour une surface de 100m2 :

  • Un logement de 100m2 classé A, consomme en moyenne 250€ de chauffage par an,

  • Un logement classé E, consomme entre 1500€ et 1650€,

  • Un logement classé G 2250€.

Connaître le classement énergétique de votre logement vous permettra de prendre les mesures d’isolation nécessaires de vos combles, de vos murs et de vos fenêtres. En effet, une mauvaise isolation des combles et du toit est responsable de 35% des déperditions thermiques. C’est par là-haut, que toute la chaleur s’échappe. Et si vous vous lancez dans l’isolation des murs, vous pourriez atteindre une réduction de 50% de déperdition énergétique. De la même manière, faire installer du double vitrage dans votre logement pourrait vous fortement vous aider à réduire votre consommation de chauffage électrique puisqu’une mauvaise isolation des vitres est responsable de 13% des déperditions thermiques.

Afin d’avoir une idée précise de votre consommation, vous pouvez aussi faire le calcul de votre consommation électrique à l’aide de l’un des nombreux outils à votre disposition et mettre ensuite en place les actions afin de gagner en performance énergétique. Vous pourrez alors établir une estimation plus exacte de votre facture EDF et mettre en place les actions nécessaires.

Faites-vous aider

La bonne nouvelle c’est que dans le cadre de la loi sur la transition énergétique du 17 Août 2015, il existe de nombreuses aides financières facilitant l’installation de dispositifs améliorant les performances énergétiques d’un logement.

Ainsi, un certain nombre de travaux sont éligibles au Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE), à l’image des rénovations de toitures, d’isolation des combles, de l’installation de double vitrage et/ou de panneaux solaires, entre autres. En outre, une prime énergie pourra vous être allouée par votre fournisseur d’énergie, proportionnellement aux économies qui auront été réalisées après les travaux. L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) est quant à lui attribuable par votre établissement bancaire, sans conditions de ressources, dans la mesure où vous effectuez un “bouquet de travaux”, c’est-à-dire au moins deux actions d’amélioration énergétique. Le montant du prêt peut s’élever jusqu’à 20 000€ pour 2 actions et jusqu’à 30 000 euros pour 3 actions.

Pour réduire la consommation de votre chauffage électrique, optez pour le changement !

maîtrisez le coût de votre consommation de chauffage électrique, changez de fournisseur !

Il n’y a pas que l’électricité dans la vie

Et oui ! Changer d’énergie est bien une mesure qui pourrait se révéler garante d’économies non négligeables sur vos factures de chauffage à venir. L’électricité est la source d’énergie la plus utilisée (31% des foyers se chauffent à l'électricité) c’est pourtant la plus chère ! Par exemple, en 2017, les dépenses d’un foyer chauffé à l’électricité s’élevaient en moyenne à 1750€ pour l’électricité contre 1475€ pour le gaz. A l’aune de cette réalité, il devient tout à fait pertinent d’envisager une transition vers une énergie renouvelable à l’image des panneaux solaires, parfaitement efficaces pour alimenter un système de chauffage. Ainsi, vous faites des économies et, dans le même temps, vous participez au sauvetage des ours polaires. En réalisant une simulation de Vous pouvez également envisager de faire raccorder votre logement au réseau de gaz de votre ville. Le prix du raccordement, qui varie en fonction de votre situation par rapport au réseau, représente un investissement mais, au long terme, votre facture de chauffage s’en verra fortement allégée. Vous pouvez toutefois faire une demande d’aide auprès de Agence Nationale de l’Habitat (Anah), qui concentre sa mission sur la lutte contre la précarité énergétique.

Faites l’estimation de votre consommation électrique et... changez de fournisseur

Depuis l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie pour les particuliers en juillet 2007, le paysage énergétique français s’est vu dynamisé par l’arrivée d’une trentaine de nouveaux acteurs. On les appelle les fournisseurs alternatifs par opposition aux fournisseurs historiques que sont EDF et Engie. Cette explosion du nombre de fournisseurs s’explique par la possibilité de proposer au consommateurs des offres à prix de marché, qui incluent souvent des réductions sur le prix du kWh. Les tarifs de ces offres s’appliquent à être inférieurs à ceux des tarifs réglementés imposés par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) que seuls les fournisseurs historiques ont toujours le droit de pratiquer (même s’ils proposent aujourd’hui eux aussi des offres à prix de marché). En souscrivant à l’une de ces offres à prix de marché vous pourriez faire jusqu’à 200€ d’économie sur votre facture annuelle d’électricité. Votre facture de chauffage électrique s’en trouverait elle aussi réduite sans même que vous ayez à modifier vos habitudes de consommation. La transition est simple, gratuite et surtout sans engagement. Alors faites le test à l’aide d’un comparateur d’énergie et faites l’estimation de votre facture électrique en fonction des offres des différents fournisseurs d'électricité (ou de gaz). Choisissez ensuite le plus à même de vous garantir une réduction notable du coût de votre consommation de chauffage électrique.