Est-il possible de faire la transition du fioul au biofioul ?

Avec l’interdiction des chaudières au fioul qui se profile à l’horizon, la filière a besoin de se renouveler. La solution : le développement d’un nouveau combustible, le biofioul. Mais ce projet ambitieux est-il viable et peut-il réellement remplacer le fioul domestique ?

En résumé

Le biofioul est une alternative “écologique” au fioul. Il est composé de fioul domestique et d’esther méthylique d’acide gras (EMAG) de colza, un produit gagné à partir des fleurs de colza. Les organismes chargés de le développer espèrent qu’il pourra remplacer durablement le fioul domestique.

Le biofioul, c’est quoi ?

Un développement accéléré suite à l’interdiction du fioul domestique

Pour faire simple, le biofioul, ce n’est rien d’autre que du “fioul bio”. Le lancement de cette nouvelle énergie sur le marché n’est pas anodin. Il fait suite aux annonces gouvernementales prévoyant la suppression des appareils de chauffage trop polluants, telles que les chaudières au fioul. Celles-ci émettent en effet un taux élevé de CO2/kWh, et dépassent ainsi les seuils prescrits par les derniers décrets gouvernementaux en date.

Seulement, le fioul représente une part importante de la consommation énergétique française : plus de 3,5 millions de ménages utilisent le fioul comme énergie de chauffage en France !

Déterminés à ne pas dire adieu au fioul, certains acteurs de la filière, tels que la FF3C (Fédération Française des Combustibles, Carburants et Chauffage), ont décidé de développer une formule plus durable et générant moins de particules nocives.

Le fioul, c’est fini !

Profitez-en pour passer au chauffage à granulés : économique, écologique et éligible aux aides de l’État.

Je calcule mes aides

Quelle est la composition chimique du biofioul ?

Pour le moment, le biofioul est un combustible hybride, composé à la fois de fioul domestique et d’une énergie renouvelable gagnée grâce aux fleurs de colza, l’ester méthylique d’acide gras (EMAG). On distingue actuellement deux types de biofioul :

  1. le F10, composé à 90 % de fioul domestique et à 10 % d’EMAG de colza ;
  2. le F30, composé à 70 % de fioul domestique et à 30 % d’EMAG de colza.

Pas assez renouvelable selon vous ? La bonne nouvelle, c’est que la FF3C prévoit la commercialisation d’un biocombustible F50 en 2028, puis d’un biofioul 100 % renouvelable (F100) d’ici 2032 !

Le saviez-vous ?

Les champs de colza sont présents en abondance en France. Entre 2013 et 2017, on a comptabilisé une moyenne de 1 500 000 hectares de cultures de colza sur tout le territoire.

Le biofioul pourra-t-il remplacer le fioul domestique ?

Des résultats encourageants pour la filière des combustibles

À première vue, le biofioul semble être un combustible prometteur. En plus d’émettre moins de particules fines (NOX) que le fioul domestique classique, il devrait permettre de dynamiser l’agriculture française, en déclin dans certaines régions, en mettant les producteurs de colza à contribution.

Il émettra moins de NOX (particules fines) qui sont cancérigènes pour l'homme ainsi que d'autres énergies renouvelables [...] Et contrairement à l'électricité, il ne nécessitera pas le redémarrage de centrales à charbon comme c'est le cas aujourd'hui à la demande du Gouvernement !
Mathieu Milhau, directeur de la S.D.Milhau

Par ailleurs, les biofiouls contenant un faible pourcentage d’EMAG semblent compatibles avec les modèles de chaudières actuels. Autrement dit, les particuliers pourront continuer à utiliser leur installation. 

Il ne devrait pas non plus y avoir de grande différence dans la façon de l’entretenir ou de le faire ramoner par un professionnel. Mais de tels avantages suffiront-ils à insuffler un nouveau souffle aux chaudières au fioul ?

biofioul

Le développement du biofioul, un projet qui présente des limites

Des émissions réduites mais encore trop importantes

La première promesse du biofioul, c’est bien sûr de réduire les émissions de gaz et fumées toxiques des chaudières des particuliers. Pour autant, il est encore difficile de dire si les taux d’émissions seront jugés suffisamment bas par le Gouvernement pour autoriser la démocratisation de ce combustible.

Avec du biofioul F20 ou F30, par exemple, le taux de dioxyde de carbone (CO2) généré serait inférieur à 250 mg/kWh, une valeur qui se situe donc en-deçà du seuil d’émissions maximal présenté par le Gouvernement dans le décret n°2022-8 du 5 janvier 2022. Pour autant, ce niveau d’émissions pourrait toujours être jugé trop élevé par rapport aux alternatives actuellement disponibles sur le marché.

Un prix incertain

Autre inconnue dans l’équation : le prix du biocombustible. Contrairement au fioul domestique, dont les évolutions tarifaires s’effectuent en fonction du cours du pétrole, le prix du biofioul dépendrait également des cours du colza

Par ailleurs, le biofioul devrait supposément avoir un prix plus élevé que le fioul (de quelques centimes par litre) ! Il reste toutefois trop tôt pour le dire, car les acteurs de la filière espèrent que le nouveau combustible soit partiellement exonéré de taxes, ce qui permettrait à la fois de réduire son coût et d’encourager des modes de consommation plus écologiques.

Une adaptation des chaudières nécessaire

Actuellement, la plupart des modèles de chaudières au fioul toutes marques confondues (Viessmann, Chappée, Atlantic, De Dietrich, etc.) sont compatibles avec le biofioul F10, car celui-ci contient une très faible quantité d’EMAG de colza.

Pour autant, plus la concentration de biofioul sera importante dans le mélange, plus sa composition chimique sera différente ! Elle risque donc de nécessiter des ajustements techniques, tels que des changements de brûleurs. Si les tarifs d’une telle adaptation sont trop élevés, les particuliers y gagneraient peut-être à simplement remplacer leur vieille chaudière au fioul.

Quelles sont les alternatives au fioul ?

Il est encore trop tôt pour dire si le biofioul est réellement écologique et économique. Les sceptiques peuvent remplacer leur chaudière au fioul par :

Pour vous renseigner sur leur installation ainsi que sur les primes dont vous pourriez bénéficier pour votre remplacement de chaudière, n’hésitez pas à contacter l’un de nos conseillers au 09 78 46 70 64 (appel gratuit).

Vous avez des questions sur le biofioul ?

Quelle différence entre le biofioul F10, F30 et F40 ?

La différence entre le biofioul F10, F30 et F40 réside dans leur composition chimique. Le chiffre qui sert à les dénommer fait référence au pourcentage d’EMAG de colza contenu dans le biocombustible :

  • 10 % pour le F10 ;
  • 30 % pour le produit F30 ;
  • 40 % pour le combustible F40.

Quels sont les avantages et les inconvénients du biofioul ?

Le biofioul a l’avantage d’être plus durable que le fioul domestique et d’émettre moins de particules nocives pour l’environnement et l’Homme (CO2, monoxyde de carbone, particules fines, etc.). Par ailleurs, sa production permettrait de dynamiser l’agriculture française.

Cependant, le combustible pourrait être plus cher que le fioul, un carburant pourtant déjà très cher ! De plus, les modèles actuellement disponibles sur le marché sont composés de fioul domestique en quantités importantes. Il s’agit là d’une énergie fossile et polluante, donc peu respectueuse de l’environnement.

Où acheter du biofioul ?

Normalement, il sera possible de s’approvisionner en biofioul pour son chauffage dès juillet 2022. N’hésitez pas à demander un devis à votre distributeur habituel, ou à vous rapprocher d’autres fournisseurs de la région si le vôtre n’en propose pas encore à la vente.

Madeleine Toumazet

Madeleine Toumazet

Rédactrice experte énergie et rénovation énergétique

Après un Master en Management Européen, Madeleine rejoint Hello Watt en 2020, en tant que rédactrice, pour informer les consommateurs sur le marché européen de l'énergie. Elle est spécialiste des sujets liés au gaz et aux compteurs communicants Linky et Gazpar.