Hausse du prix du gaz : la pompe à chaleur gagne 2 ans de rentabilité

Écrit par Juliette Mariani, Journaliste énergie et rénovation le 3 juillet 2024 à 15:22 | Modifié le 10 juillet 2024 à 10:27
Temps de lecture : 6 min

La récente augmentation du prix repère du gaz de près 12 % au 1er juillet a placé le prix de l’énergie au cœur des débats électoraux. La hausse affecte particulièrement les ménages qui se chauffent au gaz. Hello Watt a donc étudié la rentabilité du passage à la pompe à chaleur (PAC) air-eau pour des maisons de 100 m2 et 200 m2 chauffées au gaz

En résumé : 

  • Avec la hausse du prix du gaz, pour les maisons de 100 m2 chauffées au gaz, passer à la pompe à chaleur permet d’économiser environ 750 € par an.  L’installation est rentabilisée en 9 ans en moyenne, contre 11 ans avant la hausse. 
  • Pour les maisons de 200 m2 chauffées au gaz, passer à la pompe à chaleur permet d’économiser environ 1 200 € par an. L’installation est rentabilisée en 5 ans et demi en moyenne, contre 7 ans avant la hausse. 
  • L’augmentation du prix du gaz, couplée aux aides généreuses versées par l’État pour passer à la PAC air-eau, rendent ce mode de chauffage plus rentable que jamais.
Unité extérieure d'une pompe à chaleur air-eau

Augmentation du prix du gaz : une situation amenée à se reproduire

La récente augmentation de la taxe sur le gaz affecte à la fois le prix repère de vente du gaz (PRV) et le coût de l’abonnement

  • le PRV est passé de 0,0914 €/kWh TTC en juin à 0,1026 €/kWh TTC en juillet pour les consommations supérieures à 6 MWh (ménages se chauffant au gaz) ;
  • pour un ménage abonné au tarif B1 (utilisé dans nos calculs, cet abonnement convient aux consommations de gaz entre 6 000 et 30 000 kWh par an), l’abonnement annuel est passé de 257,16 € TTC en juin à 277,43 € TTC en juillet. 

La hausse est liée aux coûts d’entretien du réseau de gaz et est amenée à se répéter. En effet, ces coûts fixes sont répercutés sur un nombre de consommateurs en diminution

C’est dans ce contexte que nous avons analysé la rentabilité du passage d'une chaudière à gaz à une pompe à chaleur (PAC) air-eau, en prenant pour exemples des maisons de 100 m² et 200 m² chauffées au gaz

Passer à la PAC pour une maison de 100 m2 : environ 750 € d’économies par an

Voici la rentabilité d'une PAC air-eau avant et après l’augmentation du prix du gaz, pour une maison de 100 m2 consommant 12 MWh par an de chauffage au gaz et 5 MWh par an d'électricité : 

 

Avant la hausse

Après la hausse

Facture annuelle avec chaudière (électricité + gaz)

2 763 €

2 918 €

Facture annuelle avec PAC

2 164 €

2 164 €

Economies annuelles

599 €

754 €

Seuil de rentabilité pour un ménage très modeste

6 ans ½

5 ans

Seuil de rentabilité pour un ménage modeste

8 ans

6 ans ½

Seuil de rentabilité pour un ménage intermédiaire

12 ans ½

10 ans

Seuil de rentabilité pour un ménage aux revenus supérieurs

17 ans ½

14 ans

En passant à la PAC, la facture de gaz disparaît et la consommation devient 100 % électrique et beaucoup moins importante : pour une PAC avec un coefficient de puissance de 4 (comme dans nos exemples), pour 1 kWh d’électricité consommée, 4 kWh de chaleur sont produits par l’appareil. 

Pour l’exemple d’un ménage consommant 12 MWh par an, les économies annuelles sur la facture d’énergie réalisées grâce au remplacement d’une chaudière à gaz par une PAC s’élevaient à 599 € avant la hausse, et atteignent désormais 754 €

Pour calculer la rentabilité du changement de mode de chauffage, nous avons pris comme référence le coût moyen d’installation d’une PAC, autour de 13 000 € en France aujourd'hui. Cependant, ce montant ne correspond pas au coût réel supporté par les foyers, en raison des nombreuses aides disponibles pour les PAC, intégrées à nos calculs.

Le seuil de rentabilité varie donc en fonction des revenus des ménages, car les aides à l’installation d’une PAC (MaPrimeRénov’ et les CEE) sont plus généreuses pour les ménages les plus modestes, réduisant ainsi leur investissement initial.

Avant la hausse des prix du gaz début juillet, un ménage à revenus très modestes pouvait rentabiliser le remplacement de sa chaudière gaz par une PAC air-eau en 6 ans et demi. Après la hausse, la rentabilité est désormais atteinte en seulement 5 ans !

En moyenne, tous ménages confondus, le gain de rentabilité est de 2 ans :

Nombre d’années de rentabilité gagnées suite à la hausse du prix du gaz

Ménages très modestes

1 an ½

Ménages modestes

1 an ½

Ménages aux revenus intermédiaires

2 ans ½

Ménages aux revenus supérieurs

3 ans ½

Gain de rentabilité moyen

2 ans

Passer à la PAC pour une maison de 200 m2 : environ 1 200 € d’économies par an

Voici la rentabilité d'une PAC air-eau avant et après l’augmentation du prix du gaz, pour une maison de 200 m2 consommant 24 MWh par an de chauffage au gaz et 10 MWh par an d'électricité : 

 

Avant la hausse

Après la hausse

Facture annuelle avec chaudière (électricité + gaz)

5 118 €

5 407 €

Facture annuelle avec PAC

4 177 €

4 177 €

Economies annuelles

941 €

1 230 €

Seuil de rentabilité pour un ménage très modeste

4 ans

3 ans

Seuil de rentabilité pour un ménage modeste

5 ans

4 ans

Seuil de rentabilité pour un ménage intermédiaire

8 ans

6 ans

Seuil de rentabilité pour un ménage aux revenus supérieurs

11 ans

8 ans ½

Logiquement, la rentabilité est plus importante pour les gros consommateurs de gaz. Pour un foyer consommant 24 MWh par an, les économies sur la facture d’énergie s’élèvent à 1 230 € par an après l’augmentation.

Avec les aides importantes versées par l’État, une PAC air-eau devient rentable en seulement 3 ans à partir de juillet pour un ménage aux revenus très modestes, et en 6 ans pour un ménage intermédiaire. 

En moyenne, tous ménages confondus, le gain de rentabilité atteint 1 an et demi

Nombre d’années de rentabilité gagnées suite à la hausse du prix du gaz

Ménages très modestes

1 an

Ménages modestes

1 an

Ménages intermédiaires

2 ans

Ménages supérieurs

2 ans ½

Gain de rentabilité moyen

1 an ½

Des économies majorées par la baisse du prix de l’électricité 

Le remplacement d’une chaudière à gaz par une pompe à chaleur permet de passer à une consommation 100 % électrique, un facteur important dans un contexte où le prix du gaz est amené à augmenter, et celui de l’électricité à baisser

Nous avons basé nos calculs sur le tarif réglementé de vente d’électricité (TRVE), mais il est important de considérer deux facteurs qui augmentent la rentabilité du passage à la pompe à chaleur :

En choisissant l’offre à -29 % négociée par Hello Watt auprès d’Octopus Energy dans le cadre de notre achat groupé d’énergie, actuellement la plus compétitive sur le marché, les économies sont encore plus importantes, avec un gain de rentabilité supplémentaire d’un an en moyenne.

Avec un tarif de l’électricité inférieur de 29 % au TRVE, un ménage consommant 24 MWh de chauffage au gaz et 10 MWh d’électricité qui adopte une pompe à chaleur réalise des économies annuelles moyennes de 1 300 €. Pour un ménage très modeste, l’installation est rentabilisée en seulement 2 ans et demi, pour un ménage modeste en 3 ans, pour un ménage intermédiaire en 4 ans et demi, et pour un ménage aisé en 6 ans et demi.

Installer une PAC air-eau n’a jamais été aussi rentable : lancez-vous

Des aides importantes

Les aides pour les PAC air-eau n’ont jamais été aussi généreuses, et réduisent considérablement leur coût d’installation. Les aides sont toutes cumulables

  • MaPrimeRénov’ offre 5 000 € aux ménages aux revenus très modestes, 4 000 € pour les revenus modestes et 3 000 € pour les revenus intermédiaires ; 
  • la prime CEE (certificats d’économies d’énergie) et la prime Coup de pouce versent au minimum 4 000 € pour un foyer très modeste et 2 500 € pour les autres ménages ;
  • les ménages peuvent également souscrire un éco-prêt à taux zéro pour un emprunt jusqu’à 15 000 € ;
  • l’installation d’une PAC air-eau est éligible à la TVA réduite à 5,5 %.

Faites appel à un spécialiste 

Les formalités pour bénéficier des aides sont souvent fastidieuses. Vous pouvez cependant faire appel à une entreprise comme Hello Watt, qui est mandataire MaPrimeRénov’ et qui gère également les primes CEE, pour prendre en charge non seulement l’installation de votre pompe à chaleur, mais également les démarches administratives et les demandes d’aides. Nous déduisons les aides de votre devis pour que vous n’ayez à payer que le reste à charge.  

Hello Watt ne se contente pas d’installer votre PAC : nous calculons son rendement et les économies sur votre facture d’énergie. Une visite technique est systématiquement réalisée avant l’envoi du devis définitif pour vérifier le bon dimensionnement et la faisabilité technique de votre projet. 

Nous veillons à ce que votre installation soit correctement dimensionnée en fonction des caractéristiques de votre logement. Contrairement à certains installateurs peu scrupuleux, nous n’installons pas de PAC dans des logements mal isolés, car cela serait inefficace

Nous vous proposons également du matériel de qualité à bas prix, et nous nous engageons dans la relance de l’industrie française de la pompe à chaleur en mettant notamment en avant les pompes à chaleur de la marque Atlantic.

Une fois les travaux achevés, nous restons à vos côtés sur l’application Hello Watt, qui vous permet de suivre jour après jour vos économies d’énergie post-travaux en kWh, euros et CO2.

Vous souhaitez installer une pompe à chaleur ?

Calculez le montant de vos aides et obtenez un devis gratuit en 2 minutes.

Installer une pompe à chaleur

Juliette Mariani
Juliette Mariani

Journaliste énergie et rénovation

Juliette a rejoint Hello Watt en 2024 après des études de lettres et de marketing. Sa mission : vous tenir informés des dernières actualités du secteur de l’énergie dans les articles du blog Hello Watt.

Commentaires
Jean lt
 - 4 juillet 2024

Allez vous écrire qqchose sur le future post arenh ? Merci

Juliette
Juliette
 - 5 juillet 2024

Bonjour, 

En effet, la commission d'enquête du Sénat sur le prix de l'électricité a formulé des recommandations hier sur le dispositif qui doit remplacer l'ARENH ! Nous ne manquerons pas de couvrir le sujet quand nous en saurons plus. 

Ecrire un commentaire