Conversion de m3 de gaz en kWh : comment faire ?

Vous vous demandez pourquoi votre compteur affiche votre consommation de gaz en mètres cubes mais votre facture en kWh ? Il est temps de lever ce mystère ! Voici tout ce qu’il faut savoir sur la conversion des m³ de gaz en kWh grâce au fameux coefficient de conversion.

En résumé :

  • si votre compteur comptabilise le volume de votre consommation en m³, celle-ci vous est pourtant facturée au kWh ;
  • les m³ de gaz sont convertis en kWh par GRDF, à l’aide d’un coefficient de conversion ;
  • le coefficient de conversion n’est pas le même sur tout le territoire. Il varie en fonction de votre zone d’habitation, du type de gaz que vous utilisez et de sa pression.

Comment convertir des m3 de gaz en kWh ?

Le coefficient de conversion du gaz, c’est quoi ?

Le coefficient de conversion du gaz est une valeur qui permet de convertir des m³ de gaz en kWh, donc de transformer une consommation calculée en volume en une consommation énergétique. Le calcul est simple :

Quantité d’énergie consommée en kWh = (consommation en m3 de gaz) x (coefficient de conversion)

Le saviez-vous ?

Le coefficient de conversion des m³ de gaz en kWh est la moyenne des valeurs journalières du premier au dernier jour d’une facture.

Pour appliquer cette formule, vous trouverez les mètres cubes de gaz affichés sur votre compteur. Quant au coefficient de conversion, vous pouvez l’obtenir de deux façons :

  • en ligne sur le site de GRDF, puisque c’est en effet le gestionnaire du réseau de gaz naturel qui fixe sa valeur ; 
  • sur votre facture de gaz (en bas ou au dos). 

Qui convertit les m3 de gaz en kWh ?

Le gestionnaire de réseau GRDF ainsi que certaines entreprises de distribution locales comme REGAZ (Bordeaux), R-GDS (Strasbourg) et Gaz-Electricité de Grenoble se chargent de déterminer la valeur du coefficient de conversion.

Pour cela, ils s’appuient sur les données transmises par les gestionnaires du réseau de transport du gaz, à savoir GRTGaz et Teréga.

Quels sont les paramètres pris en compte par le coefficient de conversion ?

Le coefficient de conversion est une valeur fréquemment ajustée par les gestionnaires de réseau en France. Pour cause : elle dépend de plusieurs paramètres ! 

Mais rassurez-vous, malgré l’influence de ces paramètres et à moins que d’importants bouleversements ne surviennent sur le marché, le coefficient de conversion ne fluctue que de 3 % par an en moyenne.

La provenance et la composition du gaz

Sur le marché du gaz, on peut aisément séparer la France en deux. Rassurez-vous, aucun mur de séparation n’a été érigé pendant la nuit, cependant toutes les communes de France ne sont pas alimentées par le même type de gaz.

Alors que certaines villes reçoivent du gaz en provenance de Russie, d’autres utilisent par exemple du gaz européen, provenant d’Algérie ou de pays de la Péninsule Arabique. Or, chacun de ces gaz ne contient pas la même quantité d’énergie et dispose donc d’un pouvoir calorifique spécifique.

Cela est notamment dû à la teneur en azote du gaz naturel. Les combustibles qui en possèdent le plus sont appelés “gaz pauvres”, les autres “gaz riches”. C’est pour cette raison, qu’en France, on fait la distinction entre deux types de gaz :

  • le gaz B, qui a une forte teneur en azote et provient des Pays-Bas. Il alimente généralement les Hauts-de-France et la région rouennaise ;
  • le gaz H, qui a une faible teneur en azote et provient essentiellement de la Mer du Nord, de Russie et d’Algérie. Il alimente la majorité du territoire.

Gaz B : c’est bientôt la fin

Il n’y a pas que les tarifs réglementés du gaz qui vont prendre fin ! La France vit une période de transition : d’ici 2029, tous les ménages devraient être alimentés en gaz H, plus riche, du fait de la fermeture de certains sites de production aux Pays-Bas.

Mais alors, quelle influence sur le coefficient de conversion ? Eh bien, plus un gaz est pauvre, plus son pouvoir calorifique est faible. Autrement dit, on a besoin de plus de gaz B que de gaz H pour chauffer une même maison ! C’est pour cela que le coefficient de conversion d’un gaz pauvre est moins élevé.

En général, un mètre cube de gaz B au niveau de la mer équivaut à 9,2 à 10,1 kWh. Pour le gaz H, toujours au niveau de la mer, un mètre cube convertit correspond à une valeur située entre 10,3 et 12,4 kWh.

Connaître sa consommation de gaz en quelques clics

Calculez votre consommation de gaz et découvrez quelle offre énergie correspond le plus à votre situation. C'est gratuit et réalisable en quelques clics !

Je calcule

L’altitude de votre commune

Ci-dessus, nous avons jugé bon de spécifier l’altitude car elle a une influence sur la valeur du coefficient de conversion : plus la pression atmosphérique diminue, plus le gaz perd en densité. Ceci signifie qu’au niveau de la mer (par exemple à Marseille), le gaz contient plus d’énergie qu’en montagne (par exemple à Chamonix). 

On estime qu’à 1 000 mètres d’altitude, le gaz naturel a 10 % d’énergie en moins par rapport au gaz à l’altitude zéro, soit au niveau de la mer. Conséquence : plus on monte, plus le coefficient de conversion diminue ; celui de Chamonix est donc plus faible que celui de Marseille.

La pression de livraison du gaz

Le troisième facteur qui influence le coefficient de conversion et qui s’applique à votre facture est le débit de pression lors de la livraison du gaz. Jusqu’ici, les coefficients de conversion présentés pour les gaz B et H sont ceux de particuliers ou de petits professionnels.

Ceux-ci ont donc une faible consommation en gaz de ville (pour le chauffage individuel, par exemple). En général, ceux qui consomment du gaz H sont alimentés par une pression de 20 mbar. Pour le gaz B, elle est de 25 mbar.

Les clients qui consomment plus de gaz ont quant à eux une livraison avec une pression moyenne de 300 mbar. En font partie : les consommateurs avec un chauffage collectif et les professionnels nécessitant un approvisionnement conséquent. Le coefficient de conversion est alors le suivant : 13 kWh/m³ pour ceux recevant du gaz B et de 14,5 kWh/m³ pour le gaz H

En conclusion, plus la pression de livraison est élevée, plus le coefficient l’est aussi !

Attention

Si l’altitude ou la pression sont des variables fixes et connues, ce n’est pas le cas de la teneur en azote du gaz naturel. La densité du gaz varie constamment (ce qui explique pourquoi les coefficients varient aussi) ! 

Elle est mesurée très régulièrement, parfois quotidiennement, sur plusieurs points du réseau français. C’est pourquoi le territoire est composé de différentes zones géographiques de distribution du gaz.

Tableau de conversion des m3 en kWh dans les métropoles françaises

Pour procéder à la conversion des m3 affichés sur son compteur en kWh, il faut donc sélectionner le bon coefficient de conversion. Vous pouvez le retrouver en ligne sur le site de GRDF (ou de votre ELD) mais nous avons souhaité vous faciliter un peu le travail en rassemblant les principaux coefficients dans le tableau ci-dessous :

Métropoles

Coefficient de conversion moyen

Coefficient de conversion min

Coefficient de conversion max

Aix-en-Provence

11,36

11

12

Brest

11,36

10,99

12

Clermont-Ferrand

10,83

10,66

11,07

Dijon

10,73

10,05

11,07

Lille

10,03

9

10,16

Lyon

11,05

10,99

11,5

Marseille

11,4

11

12

Metz

10,99

10,67

11,5

Montpellier

11,29

11

12

Nancy

10,94

10,65

11,5

Nantes

11,31

10,99

12

Nice

11,4

11

12

Orléans

11,09

11

11,5

Paris

11,03

11,02

11,05

Rennes

11,26

11

12

Rouen - gaz B

9,28

9,25

9,33

Rouen - gaz H

11,04

10,91

11,5

Saint-Etienne

10,56

10

11,09

Toulon

11,37

11

12

Toulouse

11,34

11

12

Tours

11,17

11

12

Source : GRDF

“Mais alors, est-ce que je paie plus cher que mes voisins d’Aquitaine ?” Non, pas du tout ! Le coefficient de conversion permet justement d’ajuster les factures de tous les ménages français afin qu’il n’y ait pas d’inégalités au moment du paiement.

Votre zone tarifaire, le prix du kWh (ainsi que votre niveau de consommation) et le tarif de l’abonnement auront bien plus d’influence sur le montant final de votre facture. C’est pour cela qu’il est primordial de comparer les fournisseurs de gaz afin de trouver l’offre la moins chère. En plus, changer de fournisseur est 100 % gratuit et aucun frais de résiliation ne s’applique !

Trouver le fournisseur au meilleur prix

Aujourd’hui, de nombreux fournisseurs de gaz se livrent concurrence sur le marché, il sera donc plus qu’aisé de trouver chaussure à votre pied. 

Si vous souhaitez obtenir un coup de pouce dans vos démarches de changement de fournisseur, n’hésitez pas à contacter nos conseillers énergie au 09 75 18 60 60 ☎️ du lundi au vendredi de 8h00 à 21h00 et le samedi de 8h00 à 19h00 (numéro non surtaxé).

kWh et m³ : bien comprendre les unités de mesure pour la conversion du gaz

Le wattheure (kWh, MWh, TWh), c’est quoi ?

Cette unité de mesure permet d’exprimer l’énergie consommée par un appareil d’une puissance d’un watt, sur une durée d’une heure. On parle de kWh pour les appareils d’une puissance de 1 000 watts qui fonctionnent pendant une heure, puis de MWh ou de TWh lorsque les ordres de grandeur sont plus importants (au niveau national, par exemple). 

Cette unité est autant utilisée dans le domaine de l’électricité que dans le domaine du gaz et permet de refléter votre niveau de consommation d’énergie, soit votre “flux énergétique”. 

Le m³, ou BCM, c’est quoi ?

Ces deux unités ont la même utilité : elles servent à calculer le volume qu’occupe un élément, comme le gaz. Ainsi, votre compteur affiche le volume de gaz qui est passé dans vos canalisations et que vous avez consommé pour chauffer votre maison ou produire de l’eau chaude.

Quant au BCM, il est surtout utilisé sur les marchés internationaux. Cette mesure sert à quantifier les grands volumes de gaz comme les réserves internationales. Le BCM est exprimé en joules par l’Agence Internationale de l'Énergie, soit l’unité de l’énergie selon le système international. 

Vous avez des questions ?

Qu’est-ce que le coefficient de conversion du gaz ?

Le coefficient de conversion des m³ de gaz en kWh est la moyenne des valeurs journalières du premier au dernier jour d’une facture. Il ne dépend pas du prix du kWh ni du tarif de l’abonnement, et est le même peu importe le fournisseur que vous avez choisi (Engie, TotalEnergies, Eni, Vattenfall, etc.).

Pour trouver le meilleur fournisseur, pensez à comparer les entreprises avant de souscrire et songer à simuler votre facture pour réaliser un maximum d’économies !

Où trouver votre coefficient de conversion de gaz ?

Chaque client peut retrouver le coefficient de conversion au dos de sa facture de gaz ou directement sur le site du gestionnaire de réseau GRDF.

Comment convertir les m³ de gaz en kWh ?

Le coefficient de conversion prend en compte l’altitude de votre commune, la pression du gaz à la livraison et de la provenance de votre gaz. Vous devez le multiplier avec votre consommation en m³ pour connaître la consommation de votre logement en kWh. La formule à appliquer est la suivante :

Consommation en kWh = (nombre de m3 affichés sur le compteur) x (coefficient de conversion)

Notez toutefois que vous n’aurez probablement pas besoin de réaliser ce calcul vous-même puisqu’il s’agit du rôle de GRDF.

Le coefficient de conversion a-t-il une influence sur le prix du gaz ?

Non, au contraire ! Le coefficient de conversion permet que les clients français soient facturés le plus justement possible. Ce qui influence le prix du gaz, ce sont plutôt les taxes, votre zone tarifaire, le tarif du kWh et de votre abonnement, ainsi que le fournisseur que vous avez choisi.

Ils sont de plus en plus à proposer des offres compétitives et avantageuses ! Pour trouver celui qu’il vous faut, pensez à consulter les avis des consommateurs.

Tristan Loiseau

Tristan Loiseau

Marketing digital

Étudiant en école de commerce, Tristan est rédacteur web et SEO chez Hello Watt. Après une spécialisation en marché européen de l’énergie il décide de se tourner vers les sujets autour de l'énergie. Ses sujets d’écriture varient entre l’isolation de la maison, la transition écologique ainsi que les sujets liés à l’énergie solaire.