Le guide ultime de la chaudière à ventouse

L’installation d’une chaudière peut nécessiter des ajustements, notamment au niveau de l’évacuation des fumées émises lors de la combustion. Pour vous informer, nous nous sommes penchés en détail sur le fonctionnement de la chaudière à ventouse !

La chaudière à ventouse : on récapitule !

  • La chaudière à ventouse désigne un système d’évacuation des fumées ;
  • il s’agit d’une alternative à la cheminée ;
  • ce dispositif est réputé pour être sécuritaire et facile d’entretien.

Chaudière à ventouse : comment ça marche ?

Le fonctionnement d’une chaudière à ventouse

Dans un premier temps, il est important de comprendre que la chaudière à ventouse n’est pas un type de chaudière à proprement parler. Il s’agit en réalité d’un équipement d’évacuation des fumées pouvant aussi bien être installé sur une chaudière classique que sur une chaudière basse température, à condensation ou à cogénération.

Cette chaudière, dite étanche ou à flux forcés, fonctionne avec un système d’alimentation d’air et d’évacuation à ventouse. Elle est équipée d’un conduit unique constitué de deux tubes :

  • le premier récupère l’air extérieur au logement par aspiration ;
  • le second rejette vers l’extérieur les fumées produites lors de la combustion.

L’air entrant et sortant circule dans la chaudière à l’aide d’un ventilateur ou d’une turbine, garantissant ainsi le bon fonctionnement du conduit bidirectionnel.

Un tel modèle peut être installé au sol ou au mur, mais doit se situer assez proche des parois extérieures du logement puisque le système de ventouse rejette des fumées vers l’extérieur. Le dispositif peut être installé dans un mur, à l’horizontal, ou relié au toit de façon verticale.

Baissez vos factures de gaz !

En plus de l'entretien de votre chaudière, baissez gratuitement vos factures en changeant de fournisseur ! C'est simple et sans engagement.

Faites le test

Quels sont les avantages et les inconvénients d’une chaudière à ventouse ?

La chaudière à ventouse, comme n’importe quel type de chaudière, présente divers avantages et inconvénients qu’il convient de prendre en compte avant de procéder à son acquisition.

Les avantages de la chaudière ventouse

Si vous avez déjà entendu parler de la chaudière à ventouse, c’est que celle-ci a de nombreux points forts qui ont su convaincre les consommateurs :

  • elle est compatible avec la majorité des modèles de chaudière ;
  • elle peut être installée dans de nombreuses pièces du logement ;
  • elle est compatible avec un chauffage collectif ;
  • il s’agit d’un système sécurisé car il garantit l’étanchéité du conduit et évite ainsi le rejet de monoxyde de carbone dans la maison lors de l’utilisation du gaz ;
  • elle nécessite pas ou peu d’entretien, comparée à la cheminée qui a besoin d’être ramonée occasionnellement ;
  • elle dispose d’un rendement intéressant : selon l’Ademe, il serait 4 à 5 % plus élevé qu’une chaudière à cheminée.

Les inconvénients de la chaudière ventouse

Bien que la chaudière à ventouse constitue souvent un investissement rentable, elle présente quelques inconvénients :

  • ce système d’évacuation des fumées n’est pas compatible avec une chaudière biomasse, à bois ou à granulés ;
  • selon son emplacement et le type d’habitation, elle peut être source de bruit ;
  • elle peut nécessiter d’être installée près d’un mur donnant sur l’extérieur ;
  • sa pose est relativement réglementée du fait des fumées qu’elle rejette, il faut par exemple veiller à ne pas gêner ses voisins.

Quel est le prix d’une chaudière à ventouse ?

Le coût d’une chaudière à ventouse

Le prix de la chaudière à ventouse est très variable. En fonction du combustible utilisé, de la marque de la chaudière ou de sa technologie, les tarifs des modèles se situent entre 1 200 € et 10 000 € :

Type de chaudière

Chaudière au fioul

Chaudière au gaz / propane

🔥 Chaudière classique

1 700 à 4 000 €

1 200 à 2 500 €

🌡️ Chaudière basse température

2 500 à 6 000 €

2 000 à 5 000 €

💨 Chaudière à condensation

3 000 à 10 000 €

2 500 à 7 000 €

Nous vous déconseillons l’achat d’une chaudière d’occasion, qui pourrait mal fonctionner, ou celui d’un appareil premier prix. Cependant, il n’est pas non plus nécessaire d’acquérir l’équipement le plus cher du marché ! N’hésitez pas à demander conseil à votre artisan chauffagiste, qui sera plus à même de vous proposer un modèle adapté à votre logement et au bon rapport qualité/prix.

Par ailleurs, notez que vos dépenses iront au-delà de l’acquisition de la chaudière. Il faudra également payer l’intervention du chauffagiste, dont les tarifs oscillent entre 500 € et 2 000 € selon la difficulté et la durée de la pose. Mais, en contrepartie, la livraison du matériel est souvent offerte !

Enfin, à cela peuvent s’ajouter des frais supplémentaires pour la souscription d’un contrat d’entretien chaudière ou d’une garantie complémentaire, mais aussi pour l’installation d’un thermostat.

Payer son gaz moins cher

Votre chaudière à ventouse fonctionne au gaz naturel ? Pensez à comparer les offres des fournisseurs de gaz pour trouver l’abonnement le moins cher du moment !

Comment faire baisser le prix d’une chaudière ventouse ?

Comparer les devis

Lorsque vous vous engagez dans des travaux de rénovation énergétique, la règle d’or est de comparer les devis de différents professionnels pour trouver celui qui s’adaptera le mieux à votre budget et à vos besoins. 

Ainsi, pour faire baisser le prix de votre chaudière, nous vous encourageons à faire des demandes de devis chez plusieurs artisans du coin. C’est une démarche totalement gratuite, cela ne vous engage à rien, et vous pourriez faire de précieuses économies !

Déposer une demande de prime énergie

L’installation d’un dispositif à ventouse peut vous rendre éligible à des aides gouvernementales si vous la couplez à la pose d’un équipement à haute performance énergétique (chaudière à condensation, chaudière hybride, écogénérateur, etc.), ou si elle vous permet de remplacer votre ancienne chaudière.

En faisant réaliser vos travaux par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), vous pourriez toucher l’une des subventions suivantes :

  • MaPrimeRénov’ ;
  • la prime “Habiter Mieux Sérénité” ;
  • l’éco-prêt à taux zéro ;
  • la prime “Coup de Pouce Chauffage” (jusqu'à fin 2021) ;
  • la TVA à taux réduit (5,5 %) ;
  • les aides des collectivités territoriales.

Installer une nouvelle chaudière

Bénéficiez des aides de l'État pour financer l'installation d'une nouvelle chaudière performante.

Mon devis gratuit

Quels facteurs influencent le prix d’une chaudière à ventouse ?

Sans grande surprise, le combustible de la chaudière, sa technologie et son rendement influencent son prix d’achat. Mais ce n’est pas tout !

  • Le fabricant : certains fabricants pratiquent des prix élevés au détriment de la qualité, alors que d’autres préfèrent vendre des produits plus chers mais plus durables. Ainsi, le même modèle de chaudière n’aura pas forcément le même tarif chez Chaffoteaux, e.l.m Leblanc, De Dietrich, Saunier Duval ou Viessmann.
  • La puissance de l’appareil : plus votre logement est grand, plus vos besoins en énergie sont importants. Il est alors nécessaire d’adapter la puissance de votre chaudière à vos besoins énergétiques ! Généralement, les chaudières plus puissantes sont aussi plus chères.
  • Le mode de fixation : la fixation murale est souvent moins onéreuse que celle au sol.
  • L’utilisation de la chaudière : un appareil simple service (pour le chauffage) vous coûtera sûrement moins cher qu’un produit double service (pour le chauffage et l’eau sanitaire), surtout si ce dernier nécessite également l’achat d’un ballon d’eau chaude.
  • Les options supplémentaires : thermostat, programmateur, outil de suivi de consommation, etc. Tous ces outils sont susceptibles de faire gonfler la facture.

Comment poser une chaudière à ventouse ?

Son installation

Il est peu recommandé de réaliser soi-même l’installation d’une chaudière à ventouse. Il existe en effet de nombreuses règles à respecter pour une pose aux normes :

  • le conduit d’évacuation doit se trouver à au moins 40 cm de toute ouverture (porte, fenêtres) ;
  • le tuyau d’évacuation des fumées doit être situé à au moins 60 cm de toute bouche d’aération ;
  • la sortie d’air doit être placée à au moins 1,80 mètres au dessus du niveau du sol (ou d’un étage) ;
  • le conduit d’évacuation doit être éloigné d’au moins 1 mètre de l’entrée de l’habitation.

Enfin, notez qu’un certificat de conformité doit vous être délivré suite à l’installation d’une chaudière ventouse au gaz. Pour en savoir plus à ce sujet, vous pouvez consulter le guide QualiGaz, la norme NF DTU 61.1-4 ou l’arrêté du 27 avril 2009.

Bon à savoir

Si vous êtes en copropriété, vous devez obtenir une autorisation de la copropriété avant d’entamer les travaux. Dans le but de modifier l’axe d’évacuation des fumées, il est possible d'installer un coude dans le respect des distances de sécurité.

Son entretien

L’entretien annuel des chaudières est obligatoire, quel que soit leur type. C’est donc aussi le cas pour la chaudière à ventouse.

En revanche, en ce qui concerne l’entretien spécifique du conduit d’évacuation des fumées, vous n’avez pas de règles particulières à respecter. Un ramonage n’est pas nécessaire puisque le système n’est pas équipé d’une cheminée ! L’entretien consiste simplement à vérifier que les tuyaux fonctionnent bien et sont en bon état.

Quelles sont les alternatives à la chaudière ventouse ?

Il existe plusieurs systèmes d’évacuation pour les chaudières :

  • la cheminée ;
  • la ventouse ;
  • la VMC (ventilation mécanique contrôlée) ;
  • le conduit shunt.

La cheminée est l’alternative à la ventouse la plus communément installée. Elle nécessite cependant la mise en place d’un tubage spécifique lorsqu’elle est combinée à une chaudière à condensation, afin d’évacuer l’eau issue de la condensation. Sans cette installation supplémentaire, le conduit de la cheminée risquerait de prendre l’humidité.

La VMC (ainsi que le shunt) est un système plus fréquemment retrouvé dans les logements collectifs car elle nécessite l’installation de bouches d’extraction assez imposantes. Elle peut toutefois être installée en pavillon, bien qu’il ne s’agisse pas forcément de la meilleure alternative à la ventouse.

Attention

Notez qu’il est délicat de modifier ou de transformer un système d’évacuation des fumées déjà existant. Renseignez-vous auprès de votre chauffagiste !

Vous souhaitez en savoir plus sur ce système d’évacuation des fumées ? Dans la vidéo ci-dessous, Jamy vous présente le fonctionnement et la pose de la chaudière à condensation, généralement utilisée avec une évacuation à ventouse :

FAQ : vos questions sur la chaudière à ventouse

Qu’est-ce qu’une chaudière à ventouse ?

La chaudière à ventouse désigne un système d’évacuation de fumées compatible avec les modèles de chaudière classiques, basse température ou à condensation. Le dispositif fonctionne à l’aide de 2 tubes combinés, l’un qui aspire l’air extérieur et l’autre qui évacue les fumées générées lors de la combustion. Ce système a un rendement 4 à 5 % supérieur à celui de la cheminée.

Combien coûte une chaudière à ventouse ?

Le prix d’une chaudière à ventouse neuve varie selon son combustible (gaz, fioul) et sa technologie. Sur les sites d’enseignes telles que Leroy Merlin ou ManoMano, elle coûte :

  • 1 700 à 2 500 € pour une chaudière classique ;
  • 2 500 à 5 000 € pour une chaudière basse température ;
  • 3 000 € à 10 000 € pour une chaudière à condensation.

Que choisir entre la cheminée et la chaudière ventouse ?

La chaudière à ventouse aspire l'air extérieur alors que la chaudière à cheminée prélève l'air dans la pièce où elle est installée. Pour choisir l’une ou l’autre, cela dépendra de la construction de votre logement, du type de combustible que vous utilisez (bois, fioul, gaz, électricité) et de l'œil expert de votre chauffagiste !

Comment installer une chaudière à ventouse ?

L’installation d’une chaudière à ventouse est encadrée par des règles fixes, surtout s’il s’agit d’un appareil au gaz. Pour cette raison, sa pose doit être réalisée par un professionnel. Par ailleurs, si vous souhaitez obtenir une prime énergie pour la mise en place de votre équipement, il devra s’agir d’un technicien RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

Madeleine Toumazet

Madeleine Toumazet

Rédactrice experte énergie et rénovation énergétique

Après un Master en Management Européen, Madeleine rejoint Hello Watt en 2020, en tant que rédactrice, pour informer les consommateurs sur le marché européen de l'énergie. Elle est spécialiste des sujets liés au gaz et aux compteurs communicants Linky et Gazpar.