Instauré sur décision du Gouvernement Jean Castex en 2021, le bouclier tarifaire vise à protéger les français face à la flambée historique des prix de l’énergie (électricité et gaz naturel). Comment fonctionne cette mesure d’urgence et comment a-t-elle évolué depuis sa mise en place ? On vous explique tout dans cet article ! 

En résumé

  • Le bouclier tarifaire est entré pour la première fois en vigueur à l’hiver 2021, en pleine crise de l’énergie. Cette mesure de protection devait initialement prendre fin en décembre 2022, mais elle a été prolongée en 2023.
  • Le bouclier tarifaire gaz a pris fin en juillet 2023, tandis que pour l’électricité, il est maintenu en 2024, après quoi il s’arrêtera.
  • L’objectif est de ralentir la hausse drastique des prix du kWh d’électricité et de gaz naturel, notamment pour protéger les consommateurs d’une augmentation trop importante de leurs factures d’électricité et de gaz.
  • Le fonctionnement du bouclier tarifaire est simple : au-delà d’un plafond fixé par le gouvernement, c’est l’État qui assume le restant de la facture d’énergie.
  • Le coût total du bouclier tarifaire pour l’État est estimé entre 30 et 35 milliards d’euros pour 2023.
  • Sont protégés par le bouclier tarifaire : les particuliers (et petites entreprises depuis 2023) ayant souscrit à une offre au TRV ou indexée au TRV. D’autres dispositifs d’aide et de protection existent pour les entreprises et les collectivités.

Quelles sont les actualités du bouclier tarifaire en 2024 ?

Possible fin du bouclier tarifaire électricité à la mi-2024

Lorsqu’il a reconduit le bouclier tarifaire en 2023, le Gouvernement Elisabeth Borne avait informé de son probable arrêt à la fin de l’année 2024, ce qui a ensuite été confirmé par plusieurs ministres au cours de l’année. Le bouclier tarifaire pour l’électricité est donc maintenu avec une hausse du tarif réglementé de vente plafonnée à 10 % en 2024.

Au mois de décembre 2023, la Ministre de la Transition Énergétique, Mme Agnès Pannier-Runacher a annoncé qu’en raison de la baisse des prix sur les marchés de l’électricité, il pourrait être arrêté dès la mi-2024.

Malgré la baisse des prix de l’électricité sur les marchés de gros, une hausse de 10 % du prix de l’électricité est bel et bien prévue pour le mois de février 2024, date de la première révision annuelle du TRV

Cette augmentation s’explique par le retour de la TIFCE (Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d’Électricité) qui avait été abaissé à 1 €/MWh dans le cadre du bouclier tarifaire. Il semblerait donc que la fin du dispositif soit bel et bien en approche ! 

Les mesures d’aides à destination des particuliers

Nous l’avons dit, le bouclier tarifaire prévoit un plafonnement de la hausse de l’électricité à 10 %. Cette mesure de protection concerne les particuliers qui ont un contrat individuel auprès d’un fournisseur d’énergie. Le plafonnement concernant le TRV, ce contrat doit être au TRV ou indexé à ce dernier pour bénéficier du bouclier tarifaire.

Par ailleurs, les particuliers résidant en habitats collectifs type  HLM  copropriétés et qui ont signé un contrat fixe à prix élevé pendant la crise sont également aidés par le Gouvernement. Un dispositif d’aide complémentaire des boucliers gaz et électricité collectifs prévoit que l’État prenne en charge 75 % de la facture de ces ménages si le tarif est majoré de 30 % par rapport au TRV de l’électricité en 2024.

Quelles mesures s’appliquent aux entreprises et aux collectivités ?

Enfin, les professionnels n’étant pas concernés par le bouclier tarifaire, car non-éligibles au TRV, l’État a mis en place des mesures pour les aider à faire face à la crise de l’énergie.

  • Pour les petits professionnels, le plafond de 280 €/MWh, déjà en place, est maintenu en 2024 ;
  • pour les PME non-éligibles au plafond de 280 € / MWh, l’état prévoit un amortisseur électricité qui, notamment, couvre 75 % de la facture (contre 50 % en 2023) ;
  • pour les entreprises de taille intermédiaire (ETI), l’État prend en charge 75 % de la facture au-delà de 300 €/MWh, sous certaines conditions.

Qu’en est-il des prix du gaz après l’arrêt du bouclier tarifaire gaz en juillet 2023 ?

Hausse de la TICGN en janvier 2024

Le prix repère de la CRE a légèrement baissé pour le mois de janvier, signe d’un retour au calme des marchés de gros du gaz. En revanche, la TICGN (Taxe Intérieure sur la Consommation de Gaz Naturel) a augmenté, au 1ᵉʳ janvier 2024, passant de 8,45 € à 16,37 €/MWh. Cette hausse a eu un impact moindre sur les contrats indexés au PRV, en raison de la baisse de l’indice de la CRE, mais elle est d’environ 8 % pour les contrats à prix fixe, soit une centaine d’euros par an environ.

Potentielle hausse de l’ATRD en juillet 2024

La CRE, par l’intermédiaire de sa directrice Emmanuelle Wargon, a laissé entendre qu’une hausse de l’ATRD (Accès des Tiers au Réseau de Distribution de gaz naturel) pourrait avoir lieu en juillet 2024. Celle-ci viserait à compenser la baisse du nombre de consommateurs de gaz, dont les taxes ne suffisent plus à financer l’entretien du réseau de transport.

Cependant, aucune annonce officielle n’a eu lieu pour le moment, il est donc impossible de savoir de combien sera cette augmentation exactement.

Comment a évolué le bouclier tarifaire en 2023 ?

Le bouclier tarifaire électricité en 2023

Le 14 septembre 2022, la Première ministre Elisabeth Borne a annoncé la reconduction du bouclier tarifaire sur l’énergie en 2023 avec une fin probable en 2024. Le but étant de pallier la hausse des prix de l’énergie, cette reconduction est logique, car les prix ne semblaient pas faiblir à l’époque.

La hausse des prix de l'électricité et du gaz devait être limitée à + 15 %, au lieu des + 4 % en vigueur jusqu’à la fin de l’année 2022. Néanmoins, la réalité a été légèrement différente, car s’il a bien augmenté de 15 % en février 2023, le prix de l’électricité a connu une nouvelle hausse de 10 % au mois d’août de la même année. 

La hausse réelle du prix de l’électricité a donc été de 26,5 % en 2023, c’est plus que prévu, mais beaucoup moins que sans le dispositif du bouclier tarifaire. Sans cette aide de l’État, les factures des ménages Français auraient doublé

Concrètement, le bouclier tarifaire de 2023

  • a limité l’augmentation mensuelle des factures d’électricité à 32 € en moyenne, au lieu de 180 € sans le bouclier ;
  • a limité  l’augmentation mensuelle des factures de gaz à 37 € en moyenne, au lieu de 200 € sans le bouclier tarifaire.

Ainsi, vous éviterez une augmentation de 1 920 €/an pour l’électricité et de 2 100 €/an pour le gaz naturel ; de nombreux euros économisés sur cette période ! Ce dispositif concerne “tous les ménages, les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises et les plus petites communes”.

Pas satisfait par votre fournisseur d'énergie ?

Il est grand temps de changer !

Je compare les offres d'énergie

impact bouclier tarifaire

Infographie présentée par Elisabeth Borne lors de ses annonces

Le saviez-vous ?

En plus de la prolongation de cette mesure, Elisabeth Borne a annoncé que 12 millions de foyers pourraient bénéficier d’un chèque énergie d’un montant de 100 à 200 euros en 2023, soit 2 fois plus de ménages qu’en 2022.

Fin du bouclier tarifaire gaz en juillet 2023

Arrêt du tarif réglementé du gaz et fin du bouclier tarifaire gaz

Le bouclier tarifaire gaz a été suspendu au 1ᵉʳ juillet 2023 en raison de la baisse des prix du gaz sur les marchés financiers de l’énergie. Cette suspension coïncide avec la fin du Tarif Réglementé du gaz, le 30 juin 2023

La plupart des offres qui étaient indexées au TRV le sont désormais au Prix Repère de Vente du gaz (PRV) un indice publié chaque mois par le CRE (Commission de Régulation de l’Énergie).

Le Gouvernement s’autorise à réactiver le bouclier tarifaire en cas de nouvelle flambée des prix, mais celle-ci n’a pas eu lieu et le bouclier tarifaire est toujours arrêté. Si les prix du gaz ont de nouveau augmenté cet automne, ils n’ont jamais dépassé le niveau théorique du bouclier tarifaire.

Augmentation du Prix Repère de Vente à l’automne 2023

Nous l’avons dit, le PRV publié chaque mois par la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) depuis la fin juin 2023, a augmenté en octobre, novembre et décembre. Bon nombre d’offres d’électricité sont indexées au PRV, ce qui signifie qu’elles ont augmenté en même temps et donc, que les factures des Français ont connu une hausse sur ces 3 mois d’automne.

Ces augmentations successives sont le résultat de l’actualité internationale, particulièrement de grèves sur des sites gaziers en Australie et du conflit au Proche-Orient. Les marchés européens du gaz semblent avoir retrouvé une certaine stabilité en ce début d’année, notamment, car les stocks sont élevés et que la consommation est en baisse en raison de la hausse des prix.

Le bouclier tarifaire électricité et gaz en 2022

En 2021, suite à l’envolée des prix de l'énergie, les pouvoirs publics ont décidé de bloquer l’augmentation des tarifs réglementés de l’électricité et du gaz ; une annonce réalisée par l’ancien Premier ministre Jean Castex

Ainsi, au cours de l’hiver 2021/2022 :

  • l’augmentation des prix de l’électricité a été limitée à + 4 % ;
  • après une importante hausse des prix du gaz en octobre 2021 (+ 12,6 %), les tarifs réglementés ont été gelés.

Impact du bouclier tarifaire sur la facture d’électricité en 2022

La hausse des factures d’électricité des ménages français a été limitée à 4 % en 2022. En février 2022, celle-ci aurait sinon été de + 35,4 % par rapport à février 2021, soit une augmentation supérieure à 330 €/an pour les particuliers.

Impact du bouclier tarifaire sur la facture de gaz en 2022

En France, sans le gel des prix du gaz en octobre 2021 (+ 12,6 %), les tarifs réglementés auraient augmenté de + 78,3 % entre le 1er octobre 2021 et le 1er mai 2022

En l’espace de quelques mois, les prix du gaz auraient donc presque doublé, de même que le montant de vos factures d’énergie !

La crise de l’énergie

La flambée des prix de l’électricité en 2021 s’explique par la forte reprise économique après la crise sanitaire de la Covid-19. La Chine ayant amorcé sa reprise économique en amont, les stocks de gaz disponibles pour l’Europe étaient au plus bas, ce qui a mécaniquement fait augmenter les prix. La diminution des exports de gaz russe après l’invasion de l’Ukraine en février 2022 n’a fait qu’aggraver la situation en rendant la pénurie plus importante.

Si la pénurie de gaz a causé une hausse des prix de l’électricité, c’est parce que son coût de production est indexé sur le prix du gaz sur les marchés de gros. En effet, le gaz étant utilisé pour produire l’électricité, si son prix augmente, celui de l’électricité grimpe avec lui.

bouclier tarifaire energie

Qui est concerné par le bouclier tarifaire sur l’énergie ?

Une mesure appliquée aux tarifs réglementés

Depuis la libéralisation du marché de l’énergie en 2007, on trouve plusieurs types d’offres d’énergie :

  • les offres aux tarifs réglementés de vente (TRV), commercialisées par les fournisseurs historiques et au prix fixé par l’État et la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) ;
  • les offres de marché indexées aux tarifs réglementés ;
  • les offres de marché indexées aux marchés de gros ;
  • les offres de marché à prix fixe ;
  • les offres de marché à tarification libre ou à tarification dynamique.

Le TRV pour l’électricité est commercialisé par EDF sous le nom de Tarif Bleu, et le TRV du gaz était proposé par Engie, jusqu’à son arrêt en juin 2023. C’est à ses offres tarifs réglementés d’EDF et Engie que s’applique le bouclier tarifaire. Cependant, d’autres consommateurs bénéficient également de ce dispositif !

Le TRV est en effet un tarif de référence pour les contrats à prix de marché et il existe de nombreux contrats indexés au tarif réglementé, c’est-à-dire qui suivent son évolution à la hausse ou à la baisse.

Ainsi, les clients ayant souscrit à une offre de marché indexée au tarif réglementé de l’électricité profitent aussi du bouclier tarifaire. Il en était de même pour le gaz jusqu’à la disparition du TRV, qui a coïncidé avec celle du bouclier tarifaire.

Les clients d’offres à prix fixe, eux, ne subissent pas d’augmentation tant que leur durée d’engagement n’arrive pas à terme (1 à 4 ans). Ils n’ont pas besoin d’être protégés des hausses de tarifs, car leur contrat est prévu à cet effet. À la date de renouvellement de leur contrat, il est toutefois possible que le tarif de l’abonnement et/ou le prix du kWh augmentent, il sera alors peut-être temps de trouver une nouvelle offre.

Pour finir, les clients d’offres de marché à tarification libre, dynamique et indexée sur le marché de gros, ne profitent pas du bouclier tarifaire. Ces contrats, intéressants lorsque le marché est à la baisse, ont beaucoup perdu de leur popularité durant la crise de l’énergie, au point que certains fournisseurs qui les proposaient ont dû cesser leur activité.

Puis-je bénéficier du bouclier tarifaire en souscrivant chez un fournisseur alternatif ?

Oui ! Puisque le bouclier tarifaire s’applique aux offres d’électricité et de gaz naturel indexées au tarif réglementé, les clients de ces offres bénéficient aussi du dispositif pour limiter la hausse de leurs factures.

Notez qu’en France, il existe de nombreux fournisseurs alternatifs qui commercialisent des contrats d’énergie indexés. Ainsi, vous avez le choix de rester chez EDF et Engie ou de changer d’avis et de fournisseur.

Qu’est-ce que le bouclier tarifaire sur l’électricité et le gaz ?

Le bouclier tarifaire est une mesure de protection prise par le gouvernement pour limiter (“geler”) l’augmentation des tarifs réglementés de l’énergie. Celui-ci concerne autant les tarifs de l’électricité que du gaz et a été instauré au cours de l’hiver 2021/2022.

Pourquoi ce dispositif ? Il a été adopté du fait de la forte hausse des prix de l’énergie observée en 2021 et prévue pour durer encore plusieurs mois. La crise de l’énergie s’étant largement étalée dans le temps, notamment en raison de la guerre en Ukraine qui a aggravé la situation, le bouclier tarifaire a été maintenu.

Le Gouvernement espère ainsi protéger le pouvoir d’achat des Français en limitant la hausse de leurs factures. Cela signifie toutefois que l’État paie le reste à charge ; il s’agit donc d’un dispositif coûteux pour l’économie française (plusieurs dizaines de milliards d’euros), surtout lorsqu’il est maintenu sur une longue période.

Comment éviter la hausse des prix de l’énergie ?

Que mettre en place pour me protéger de la hausse des prix de l’énergie ?

Isolez votre logement

Un logement mal isolé peut être source de déperditions thermiques. Ces pertes de chaleur entraînent souvent une utilisation prolongée et inefficace des appareils de chauffage et ainsi qu’une surconsommation.

Pour pallier ce problème, il est conseillé d’investir dans l’isolation de son logement. Vous pouvez isoler vos toits, vos combles, vos murs, vos sols, vos portes et vos fenêtres : tout peut y passer ! L’isolation la plus efficace pour vos murs reste néanmoins l’Isolation Thermique par l’Extérieur (ITE), mais elle est aussi la plus onéreuse.

Sachez tout de même qu’il existe des aides pour réaliser ces travaux de rénovation énergétique, et que les économies réalisées grâce à l’isolation permettent de rentabiliser vos investissements.

Adoptez l’autoconsommation

Autre astuce pour réaliser des économies : se mettre à l’autoconsommation grâce à l’installation de panneaux photovoltaïques. Avec des panneaux solaires pour produire votre électricité, vous consommez une énergie verte tout en réduisant vos factures d’énergie. C’est bon pour la planète et pour votre portefeuille !

Par ailleurs, il est possible de vendre son surplus d’électricité à EDF, via un contrat d’obligation d’achat, ce qui permet de réaliser encore plus d’économies !

Votre installation solaire au meilleur prix !

Nos conseillers vous accompagnent gratuitement pour trouver l'installation qui correspond le plus à votre budget et à vos besoins !

Je demande un devis gratuit

Modernisez votre système de chauffage

Si votre chaudière est âgée, même si elle fonctionne encore, elle consomme sûrement beaucoup plus qu’un modèle moderne. Il est probablement temps d’en changer, car on trouve désormais des modèles plus performants et plus écologiques sur le marché.

En remplaçant votre vieille chaudière par un équipement plus moderne, tel qu’une pompe à chaleur (PAC), une chaudière gaz à condensation ou une chaudière à bois, vous vous assurez de réaliser des économies tout en faisant un geste en faveur de l’environnement.

Le saviez-vous ?

Vous pouvez financer une partie de vos travaux de rénovation énergétique grâce à des aides du Gouvernement ou d’organismes indépendants. Parmi les plus connues, on retrouve :

  • MaPrimeRénov’ ;
  • l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) ;
  • le PAR (prêt Avance Rénovation) ;
  • la TVA à taux réduit de 5,5 % ;
  • les primes CEE (ou primes énergie) ;
  • le chèque énergie ;
  • les aides de collectivités locales.

Testez votre éligibilité !

Appliquez des écogestes pour réduire votre consommation d’énergie

Que vous choisissiez ou non de réaliser les travaux suggérés ci-dessus, vous pouvez par ailleurs adopter des écogestes au quotidien pour réduire votre consommation énergétique. Voici quelques exemples de gestes simples et efficaces :

  • utilisez vos appareils énergivores en heures creuses (si vous êtes abonné à un contrat heures pleines/heures creuses) ;
  • prenez des douches de 5 minutes maximum et limitez la température de votre ballon d’eau chaude à 55 % ;
  • fermer les volets et/ou les rideaux la nuit et installer des bas de portes ;
  • ne négligez pas l’entretien de votre chaudière et la purge de vos radiateurs. Des équipements mal entretenus s’encrassent plus rapidement, ce qui peut provoquer des pannes et entraîner une surconsommation ;
  • couvrir les casseroles pour chauffer plus vite au gaz ;
  • baissez la température de votre logement d’1° C. D’après l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), cela permettrait de faire jusqu’à 7 % d’économies d’énergie ;
  • éteignez la lumière dans les pièces que vous n’utilisez pas et débranchez vos appareils en veille, car ils consomment même éteints ;
  • installez un thermostat pour mieux maîtriser votre consommation d’énergie

Quelle offre d’énergie choisir pour limiter l’augmentation de la facture ?

Enfin, si vous pouvez améliorer les performances énergétiques de votre logement et changer vos habitudes de consommation, le choix de votre offre d’énergie est un facteur déterminant pour le montant de vos factures. Découvrez ci-dessous une sélection des offres les plus intéressantes du moment !

Offres d’électricité

Ci-dessous, vous trouverez quelques-unes des meilleures offres d’électricité du moment :

Fournisseur

Nom de l'offre

Type de tarification

Abonnement mensuel en € TTC

Prix au kWh en € TTC

Vattenfall

Équilibre Verte

Indexée au TRV (- 5 %)

12,99 €

0,1958 €

Alpiq

Électricité Classique

Indexée au TRV (- 8 %)

12,60 €

0,2177 €

Ohm Energie

Classic & Green

Indexée au TRV (- 16 %)

13,14 €

0,2177 €

Octopus Energy

Eco-Conso Fixe

Fixe jusqu’au 31/12/2025 (- 10% en dessous du TRV)

13,14 €

0,2177 €

Engie

Élec Référence

Prix fixe 1 an

12,60 €

0,2064 €

TotalEnergies

Verte Fixe Électricité

Prix fixe

12,50 €

0,2177 €

Prix TTC au 1er avril 2024 pour un compteur électrique d’une puissance de 6 kVA

Offres de gaz naturel

Ci-dessous, vous trouverez quelques-unes des meilleures offres de gaz du moment :

Fournisseur

Nom de l'offre

Type de tarification

Abonnement mensuel en € TTC

Prix au kWh en € TTC

Vattenfall

Gaz Eco Plus

Indexée au PRV

23,42 €

0,0879 €

Engie

Gaz Adapt

Indexée au PRV

21,54 €

0,0896 €

TotalEnergies

Spéciale 2 Gaz

Indexée au PRV (-5 %)

21,43 €

0,0909 €

Ohm Energie

Fixe Gaz

Fixe 1 an

22,44 €

0,1267 €

ekWateur

Gaz Renouvelable Fixe

Fixe 1 an

29,27 €

0,1040 €

Eni

Hybride Eco Gaz

Fixe 2 ans

23,38 €

0,1069 €

Prix TTC au 1er avril 2024 pour une consommation annuelle de 12 000 kWh.

FAQ : vos questions sur le bouclier tarifaire électricité et gaz

Est-ce qu’il y aura un rattrapage tarifaire en 2024 ?

Le Gouvernement a été clair à ce sujet, aucun rattrapage tarifaire n’est prévu pour 2024, tout comme il n’y en a pas eu en 2023. Le manque à gagner pour les fournisseurs d’électricité est compensé par l’État et le bouclier tarifaire assume jusqu’au bout son rôle de protecteur pour les ménages.

Est-ce que le bouclier tarifaire s’applique aux bornes de recharge ?

Dès janvier 2023, le bouclier tarifaire devrait s’appliquer aux bornes de recharge “collectives” pour voitures électriques et hybrides (bornes publiques, habitat collectif, parkings, etc.). Pour ce qui est des bornes individuelles, les particuliers bénéficient d’ores et déjà du dispositif.

Tous les fournisseurs sont-ils concernés par le bouclier tarifaire ?

Le bouclier tarifaire concerne les offres au tarif réglementé des fournisseurs historiques (EDF, Engie), mais aussi tous les contrats d’énergie indexés aux tarifs réglementés ! Ainsi, presque tous les fournisseurs (et leurs clients) sont concernés par le bouclier tarifaire. Les offres à prix fixe ne sont, par contre, pas concernées, car elles ne subissent pas la hausse des prix

Madeleine Toumazet
Madeleine Toumazet

Content Manager

Madeleine rejoint Hello Watt en 2020 pour informer les consommateurs sur le marché de l'énergie. Aujourd'hui responsable du pôle contenu, elle est spécialiste des sujets liés à l'énergie et au suivi de la consommation.