Rénovation : hausse de la demande, baisse des aides

Avec la hausse des prix de l’énergie et les contraintes réglementaires liées à la loi Climat & résilience, de plus en plus de particuliers font rénover leurs logements, comme en témoignent l’augmentation des demandes pour nos services. Mais paradoxalement, certaines aides à la rénovation sont revues à la baisse, alors que le gouvernement souhaite encourager les Français à faire la transition énergétique de leur logement. Pourquoi une telle contradiction ?

L'Etat baisse les aides à la rénovation malgré les demandes

De plus en plus de particuliers cherchent à faire baisser la facture d’énergie par tous les moyens

Depuis 6 mois, Hello Watt constate une très forte hausse des demandes des particuliers pour l’isolation et le remplacement de systèmes de chauffage pour des appareils plus performants, ainsi que pour la pose de panneaux photovoltaïques en autoconsommation. 

Entre septembre 2021 et mars 2022, notre service Rénovation & Solaire a constaté que le nombre de demandes a été multiplié par six ! Autre exemple significatif, dans son bilan annuel, l’Observatoire national de la rénovation énergétique a constaté que le nombre d’installations de pompes à chaleur a quasiment doublé en 4 ans.

Les causes de cette forte demande pour des solutions d’économie d’énergie sont multiples : 

  • hausse des prix de l’énergie depuis octobre dernier, et hausses futures anticipées par les particuliers en raison de fortes tensions sur l’offre : tout d’abord sur le gaz, que ce soit l’approvisionnement norvégien qui peut difficilement envoyer plus de volumes à l’Europe, l’approvisionnement russe avec les problématiques géopolitiques brutalement mises en exergue depuis le conflit en Ukraine, ou encore les importations de gaz naturel liquéfié (GNL) par bateau méthanier, avec la forte concurrence asiatique prête à payer davantage que l’Europe. Cela est répercuté sur l’électricité avec l’arrêt fortuit de certaines centrales nucléaires, qui rend la France plus dépendante aux centrales à gaz et donc au prix de ce combustible ;
  • une hausse de la demande avec la reprise post-Covid ;
  • exigences de la loi Climat, qui prévoit un gel des loyers pour les passoires thermiques (logements classés F et G) dès cet été ;
  • forte communication du gouvernement sur MaPrimeRénov’, et revalorisation de cette prime de + 1000 € depuis le 15 avril pour le remplacement d’une chaudière gaz par des chauffages plus vertueux (pompes à chaleur, chaudières biomasse…) ;
  • un ancrage progressif de la transition énergétique dans les mentalités, avec la forte mise en avant médiatique des énergies renouvelables.

Ces aides à la rénovation qui ont disparu en 2021 ou qui vont diminuer en 2022

En 2021, certaines mesures avaient déjà suscité l’indignation de la part de certains professionnels du secteur de la rénovation énergétique. Malgré les protestations, le gouvernement avait supprimé plusieurs aides destinées à encourager les particuliers à rénover massivement leurs logements, contraignant ainsi les artisans à revoir leurs carnets de commande à la baisse. 

On se souvient particulièrement de la suppression du dispositif emblématique de l’isolation à 1 euro, qui avait fait grand bruit. Le 1er juillet 2021 sonnait en effet le glas des offres coups de pouce isolation à 1 €. Objectif : limiter les arnaques à la rénovation de la part d’éco-délinquants dont étaient victimes de nombreux français.

Fin de l'isolation à 1 € pour les sols et planchers

L'État a mis en place de nouvelles aides pour subventionner l'isolation de votre sous-sol. Découvrez si vous pouvez en bénéficier !

Calculer mes aides

En janvier 2022, c’était au tour des ménages modestes appelés “les grands précaires” d’être amputés de la bonification “précarité énergétique” qui leur permettait, dans le cadre du dispositif des “Certificats d’économies d’énergie” (CEE), de doubler le montant de leurs aides. Même objectif : éviter que les “obligés” récupèrent deux fois plus de CEE pour remplir leurs quotas si les travaux de rénovation concernaient ces ménages.

Les CEE, c’est quoi ?

Les Certificats d’Economie d’Energie sont des documents collectés par les obligés (fournisseurs d’énergie, distributeurs) en échange d’incitation à des économies d’énergie auprès des particuliers. Plus un particulier utilise le système de prime à la rénovation énergétique mis en place par l’obligé (prime CEE), plus ce dernier remplit son quota de CEE et est exempté de sanctions.

L’appauvrissement des aides à la rénovation continue puisqu’au 1er mai 2022, les montants des fiches standardisées CEE (Certificats d’Économies d’Énergie, première aide dédiée aux économies d’énergie) vont être revus à la baisse. Pour l’isolation des murs, la baisse pourra atteindre jusqu’à -50 % ; le montant de l’aide pour l’isolation des plancher bas pourra, quant à lui, être réduit jusqu’à -30 %. Pour une famille désireuse d’isoler les murs de sa maison par exemple, cette baisse va directement se traduire par une augmentation du reste à charge, de 600 € environ.

Par ailleurs, dès juin 2022, il ne sera plus possible de bénéficier des coups de pouce isolation des combles perdus. 

Une volonté forte de l’Etat de soutenir les Français face à la flambée des prix de l’énergie

La suppression ou la baisse des aides à la rénovation énergétique sont des décisions en totale contradiction avec les ambitions affichées par le gouvernement : loi Climat et résilience, Programmations pluriannuelles de l'énergie (PPE), décarbonation à horizon 2050, “planification écologique”, etc. L’Etat cherche d’un côté à encourager ses citoyens à faire leur transition énergétique, mais ne se donne pas tous les moyens pour y parvenir. 

Vous souhaitez rénover votre logement ?

Simulez gratuitement le montant des aides auxquelles vous pouvez prétendre.

Simuler mes aides

Voyons les dispositifs que la France a déjà mis en place pour aider les Français à économiser de l’énergie, et de l’argent : 

  1. un bouclier tarifaire pour geler les tarifs réglementés d’électricité (EDF) et de gaz (Engie) jusqu’à fin 2022 ;
  2. l’envoi de deux chèques énergie pour les foyers les plus modestes, destinés à financer les factures d’énergie élevées ou à amortir le coût de travaux de rénovation énergétique ;
  3. la création d’un nouveau prêt pour financer ses travaux de rénovation baptisé Prêt Avance Rénovation dont l’Etat sera garant à hauteur de 75 % ;
  4. la prolongation de l’éco-prêt à taux zéro ainsi que l’augmentation du plafond d’emprunt (de 30k à 50k) et la hausse du délai de remboursement (de 15 à 20 ans).
Modifié le 26 avril 2022

Sarah Nedjar

Rédactrice experte énergie

Après une classe prépa lettres et l'obtention d'un Master en management interculturel, Sarah rejoint Hello Watt en 2021. Elle rédige des contenus (articles de blog, newsletters, communiqués de presse) sur l'actualité du marché de l'énergie.

Commentaires

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire