Le télétravail : quel impact sur l'environnement ?

Avec l’émergence du Covid-19 et le confinement national qui a suivi, beaucoup de français.es ont eu l’occasion de (re)découvrir le télétravail. Si cette nouvelle expérience a été plutôt appréciée dans son ensemble, il est bon de se demander s’il pourrait s’agir d’une solution viable sur le long terme pour réduire l’impact sur l’environnement. Rien que pour vous, nous avons creusé un peu le sujet.

Impact du télétravail sur l'environnement

Un constat globalement favorable 

Moins de déplacements = moins de pollution

Le principal point fort du télétravail est sans surprise le fait que cela évite les déplacements professionnels. Quand on sait que 70% des français se rendent au travail en voiture, le constat est vite fait : le télétravail permet globalement de diminuer la pollution liée aux transports. D’après l’ADEME (Agence de la transition écologique), si 35% des actifs travaillaient à distance, 3,3 millions de déplacements hebdomadaires seraient évités. Ce qui réduirait la production de gaz à effet de serre d'au moins 3 200 tonnes par semaine. Des estimations similaires ont également été menées à l’étranger, comme par exemple aux USA où 86 % des travailleurs se déplacent en voiture. Ici, télétravailler un jour par semaine permettrait de supprimer les émissions annuelles d’environ 7 millions de ménages selon le National Household Travel Survey. Pas mal non ?

Maitriser votre consommation d'énergie

Grâce au Coach Conso d'Hello Watt, découvrez vite votre consommation pour savoir par où commencer pour réduire votre facture !

Je commence

Des effets positifs chez les entreprises

En plus de la réduction des déplacements, la mise en avant du télétravail pourrait permettre de diminuer l’impact environnemental des entreprises. En effet, qui dit moins de personnes sur place, dit forcément moins de besoins en termes d’espace et de matériel. De nouveaux modes d’organisation alternant télétravail et flex office (c’est-à-dire l’absence d’un bureau attribué à chaque employé), sont ainsi à envisager pour répondre aux enjeux écologiques auxquels nous faisons face. D’un autre côté, le simple fait que moins de personnes travaillent au sein des locaux réduirait le nombre de fournitures nécessaires (comme par exemple le papier, l’encre, les gobelets en plastique etc...) tout en limitant la quantité d’énergie consommée.

Les points de vigilance à ne pas négliger

Plus de dépenses énergétiques chez les ménages

Si le télétravail permet de réduire les besoins énergétiques des entreprises, il ne s’agit pas pour autant d’un tour de magie. L’énergie qui n’est pas consommée sur le lieu de travail sera en effet consommée directement au domicile du travailleur. Il est donc légitime de se demander si nous réalisons plus d’économies en consommant l’énergie dans les locaux de l’entreprise ou chez soi. Difficile de le savoir réellement à moins de comparer son relevé de compteur électrique avec celui de l’entreprise. On peut toutefois se dire qu’avec la prise de conscience collective des particuliers au sujet de l’environnement ainsi que les démarches écologiques de plus en plus accessibles (comme par exemple l’installation de panneaux solaires), il sera, à l’avenir, moins polluant de consommer l’énergie chez soi. 

Vous vous demandez si installer des panneaux solaires peut être rentable pour vous ?

Découvrez notre simulateur solaire ! A partir de vos informations renseignées, nous allons pouvoir vous communiquer une estimation de votre projet. Si une installation photovoltaïque à votre domicile est rentable, nous contacterons notre réseau d’installateurs qualifié afin de vous fournir une installation clef en main et vous faire bénéficier dès que possible des aides de l’Etat. 

 

Et qu’en est-il de la pollution numérique ? 

La digitalisation du travail ne signifie pas qu’aucune pollution n’est engendrée. Pour cause, le numérique fonctionne lui aussi grâce à des infrastructures physiques qui consomment énormément de ressources et d’énergie. La pollution numérique représente ainsi pas moins de 4% de la production mondiale de gaz à effet de serre. En augmentant la part du télétravail au sein des entreprises, ce chiffre risque d’augmenter encore plus vite. D’autant plus avec les échanges en visioconférence qui demandent beaucoup de ressources. Toutefois, il existe plusieurs manières de diminuer la pollution numérique et donc d’adapter les méthodes de travail afin de réduire l’impact environnemental. Notamment en nettoyant régulièrement les espaces Cloud et les boîtes mail ainsi qu’en privilégiant les échanges audio aux visioconférences.

En résumé, le télétravail est-il une bonne chose pour l’environnement ?

Comme nous l’avons vu, le télétravail donne lieu à plusieurs avantages écologiques que le confinement a mis en exergue. Il peut être intéressant de tirer parti de cette nouvelle manière de travailler afin de limiter la pollution liée aux transports ainsi que les ressources nécessaires pour le fonctionnement des entreprises. Ceci dit, il faut également avoir en tête que ce n’est pas une solution magique qui résoudra tous nos problèmes. Si le télétravail doit occuper une plus grande place dans notre société, il faudra aussi prendre en compte l’effet de rebond avec l’augmentation de la consommation énergétique chez les ménages et de la pollution numérique. Il sera donc nécessaire de trouver un juste milieu entre travail dans les bureaux et à distance afin d’arriver à un bilan positif. 

Pour mieux consommer, il est important de connaître sa consommation et de l’analyser. Nous avons pour cela créer le Coach Conso qui vous permet de suivre votre consommation d’énergie afin de mieux la maîtriser. Nous vous proposons des conseils personnalisés comme changer de fournisseur d’énergie, baisser de 2°C la température de votre logement ou encore installer des panneaux solaires si cela est rentable pour vous. Pour plus d’informations, rendez-vous sur l’espace dédié. N’hésitez pas à télécharger l’application du Coach Conso ! Vous pouvez aussi contacter nos conseillers énergie qui se tiennent à votre disposition au 09 75 18 60 60 (appel non surtaxé) du lundi au vendredi de 8h00 à 21h00 et le samedi de 9h00 à 19h00.