Le parc de logements : des performances énergétiques méconnues

La rénovation énergétique est un enjeu majeur de la transition écologique. Afin de limiter les gaz à effet de serre dans le secteur du BTP, lutter contre les “passoires thermiques” et les déménagements intempestifs, le ministère de la Transition écologique a publié en septembre 2020 une étude sur “le parc de logements par classe de consommation énergétique”, destinée notamment à identifier les logements les plus énergivores. De son côté, l’observatoire des DPE (diagnostic de performance énergétique) met gratuitement à disposition les résultats des quelque 8 millions de logements ayant déjà fait l’objet d’un DPE, permettant ainsi d’obtenir aussi une vision de l’état du parc de logements français. Or, les chiffres obtenus par ces deux méthodes, l’une globale mais modélisée, l’autre parcellaire mais réelle,  sont sensiblement différents. Explications.

Ville de Paris

Qu’est-ce que le DPE ? Le diagnostic de performance énergétique, ou DPE, permet de relever les performances énergétiques d’un bâtiment public ou privé. Il évalue les consommations d’énergie d’un logement, ainsi que ses émissions de gaz à effet de serre. Le diagnostic se compose de deux étiquettes complémentaires, qui notent la valeur du bâtiment sur une note allant de A à G.

Vous souhaitez en savoir plus sur votre consommation d’énergie ?

Notre coach conso vous aide à détecter les équipements énergivores chez vous et à faire des économies sur vos factures !

Des performances énergétiques méconnues pour le parc de logements

Le diagnostic de performance énergétique DPE est un bon indicateur de la consommation énergétique d’un parc de logements. Il est possible d’estimer l’état actuel du parc français de plusieurs manières, de façon à aboutir à des résultats différents qui montrent que cet inventaire est largement méconnu à date. 

Des modélisations du parc de logement français différentes

Comparons en effet l’estimation des performances énergétiques du parc de logements français effectuée par le gouvernement d’une part, et la base de données des millions de logements ayant fait l’objet d’un DPE d’autre part. 

  • Selon le ministère de la Transition écologique, sur les 29 millions de résidences principales recensées au 1er janvier 2018, environ 4,8 millions de foyers, soit près de 17% du parc, seraient très énergivores et auraient une mauvaise étiquette GES. Selon l’échelle DPE, ces passoires thermiques sont classées dans la catégorie des étiquettes F et G. 
  • Si l’on observe maintenant les chiffres recensés par l’observatoire des DPE, on constate que le nombre de passoires thermiques en proportion est plus bas que celui défini par le gouvernement. Les logements énergivores représenteraient seulement 11% du parc de logements (F et G cumulés) contre 17% selon le ministère de la Transition écologique.

Connaître sa consommation de gaz en quelques clics

Calculez votre consommation de gaz et découvrez quelle offre énergie correspond le plus à votre situation. C'est gratuit et réalisable en quelques clics !

Je calcule

Une méconnaissance des performances énergétiques pour le parc de logements

Comment expliquer un tel écart entre la base de données de l’observatoire du DPE et celles du ministère de la Transition écologique ? Plusieurs explications sont possibles : 

  • Tout d’abord, les DPE ne sont obligatoires que pour un logement neuf ou en location donc la base de l’observatoire DPE n’est pas exactement représentative de l’ensemble du parc des logements. En effet, les logements neufs ou en location ont en règle générale une meilleure performance énergétique que la moyenne française.
  • De plus, les deux organismes ne semblent pas disposer de suffisamment de données pour établir un diagnostic commun. 
  • A noter également qu’au sein de la même entité, les méthodes de diagnostic peuvent également différer. En effet, en 2013, une précédente étude appelée Phébus et menée par le gouvernement avait démontré que 31% du parc était composé de passoires thermiques. Cette surestimation de la proportion de passoires thermiques est due à une méthodologie d’enquête différente. En effet, les échantillons évalués n’étaient pas les mêmes : seulement 2 399 DPE avaient finalement été réalisés sur un échantillon initial de 10 000 logements. 

La différence de résultats au sein d’un même organisme à quelques années d’intervalles montre un réel manque de connaissances sur l’état du parc actuel. Le parc résidentiel n’a pas vraiment fait sa conversion digitale même si les compteurs Linky et Gazpar sont une première marche vers un meilleur suivi de la consommation.
Gautier Villard, responsable du département Rénovation Energétique chez Hello Watt.

Maitriser votre consommation d'énergie

Grâce au Coach Conso d'Hello Watt, découvrez vite votre consommation pour savoir par où commencer pour réduire votre facture !

Je commence

La data au service de l’amélioration du DPE pour les parcs de logement

Force est de constater qu’il existe une méconnaissance des performances énergétiques réelles du parc de logements en France. Les méthodes actuelles ne permettent pas de fournir une cartographie fiable des données. Pourtant, des solutions existent.

Linky : la solution à des modélisations de performance énergétique disparates ?

Linky est le compteur communiquant déployé par Enedis sur tout le territoire français en vue de remplacer les anciens compteurs. Il enregistre la consommation d'électricité d’un foyer et la fait remonter en temps réel auprès d’Enedis. Grâce à ce compteur nouvelle génération, les utilisateurs peuvent suivre leur consommation en temps réel et l’adapter selon leurs besoins. Linky permet ainsi d'avoir accès à des données plus fines et homogènes qu’actuellement.

Vers une analyse plus fine des performances énergétiques individuelles 

En plus du compteur Linky qui permet d’informer en temps réel de la consommation des ménages et donc des potentielles déperditions d’énergie, des plateformes comme la nôtre permettent d’identifier les besoins en isolation ou en chauffage.

Grâce aux données de Linky et Gazpar, et sans rajouter d’autre capteur, il est maintenant possible de détecter des anomalies sur les principaux postes de consommation, comme le chauffage et l’eau chaude sanitaire, et ainsi conseiller le particulier d’entretenir ou de remplacer ses équipements. Il s’agit d’une démocratisation de l’optimisation énergétique, technique déjà mature dans l’industrie et le grand tertiaire.
Gautier Villard, responsable du département Rénovation Energétique chez Hello Watt.

Notre coach conso est un espace dédié à la consommation énergétique des ménages, directement relié à Linky et qui permet d’isoler les postes de chauffage pour avoir un meilleur aperçu des performances énergétiques des logements. Grâce à ces outils, vous pouvez savoir si votre logement est une passoire thermique. Par ailleurs, allier les données de Linky à notre algorithme permettrait d’obtenir des statistiques plus fiables sur la performance énergétique du parc de logements français.