Chiffres de l'autoconsommation en France en 2020 : où en est-on ?

Alors que l’autoconsommation représentait en France en 2010 une puissance de 1 mW, cette dernière a connu une augmentation que l’on peut qualifier de fulgurante ces dernières années. Elle représente aujourd’hui une capacité de production de 283 mW ! Les panneaux solaires photovoltaïques présentent un intérêt pour la production décarbonée d’électricité qui n’est plus à prouver. Grâce à une baisse significative du prix des cellules photovoltaïques amorcée il y a une dizaine d’années, l’autoconsommation est devenue une solution de production d’énergie rentable - en partie grâce à une politique oeuvrant pour son développement. Qu’en est-il des chiffres de l’autoconsommation en France en 2020 ? Faisons le point.

Chiffres de l'autoconsommation

Où en est l'autoconsommation photovoltaïque en France ?

Que représente l’autoconsommation dans la production photovoltaïque en France ?

L’autoconsommation photovoltaïque s’est fortement développée en France ces dernières années. Mode production décentralisé par excellence, elle permet aux foyers et aux entreprises de faire des économies d’énergie grâce notamment à une politique volontariste de la part du gouvernement. En effet, la prime à l’autoconsommation ou les tarifs de rachats bloqués sur une période de 20 ans, ont fortement encouragé les foyers à passer à l’autoconsommation. Cette dernière concerne aujourd’hui plus de 70 000 installations toutes puissances confondues. En 2018, il y en avait deux fois moins ! Pourtant, l’autoconsommation ne représente que 3 % de la puissance du parc photovoltaïque Français. Cela s’explique notamment par le fait qu’une très grande partie des installations solaires en autoconsommation, sont de faible de puissance car dimensionnées pour répondre aux besoins de simples foyers individuels.

Choisir l'autoconsommation photovoltaïque

Renseignez-vous sur l’autoconsommation, montez votre projet solaire et devenez indépendant du réseau.

Je demande un devis gratuit

Combien coûte un projet d’autoconsommation photovoltaïque en moyenne ?

Les prix des panneaux solaires photovoltaïques ont largement baissé ces dernières années. Alors qu’une installation photovoltaïque de 3 kWc coûtait plus de 20 000 € en 2010, la même installation, en surimposition, coûte environ 8 000 € aujourd’hui. Cette chute des prix s’explique notamment par la baisse du prix des cellules photovoltaïques et par l’arrivée sur le marché solaire des entreprises asiatiques, qui a engendré une guerre des prix. Néanmoins, depuis 2018, le prix des cellules photovoltaïques se stabilise. De plus, la rentabilité des panneaux solaires est amenée à augmenter avec la continuelle amélioration du rendement des cellules photovoltaïques produites. En 2020, le record de rendement de 47 % a été atteint, alors que les panneaux solaires qui se trouvent sur le marché ont un rendement qui oscille autour de 20 %. La rentabilité des panneaux solaires n’a donc pas dit son dernier mot et pourrait bien continuer à augmenter dans les prochaines années !

Puissance des panneaux photovoltaïques

Montant de la prime à l'autoconsommation

Inférieure ou égale à 3kWc

400 € par kWc

Entre 3 et 9 kWc

300 € par kWc

Entre 9 et 36 kWc

200 € par kWc

Entre 36 et 100 kWc

100 € par kWc

Chiffres de l’autoconsommation résidentielle

L’autoconsommation résidentielle devant l’autoconsommation non-résidentielle

En considérant tous les types d’installations photovoltaïques (autoconsommation totale, partielle ou la revente totale), le secteur résidentiel ne représente que 15 % de la puissance raccordée. Néanmoins, c’est là que l’autoconsommation est la plus développée. Selon le dernier rapport de l’Observatoire de l’énergie solaire photovoltaïque en France, les installations en autoconsommation résidentielles, c’est-à-dire celles qui comportent une puissance comprises entre 0 et 6 kWc représentent une puissance cumulée de 220 mW, soit 78 % de la capacité totale des installations en autoconsommation. Pour ce qui est du nombre d’installations raccordées, on en compte près de 70 000, soit 97 % d’entre elles. Ce rapport ne considère pourtant pas le segment de puissance 6 - 9 kWc, que l’on prend habituellement en considération pour le comptage des installations résidentielles. Inversement, l’autoconsommation non-résidentielle, qui concerne les installations supérieures à 9 kWc est donc très minoritaire. Elle concerne de plus gros sites tels que des installations photovoltaïques collectives - qui tendent à se développer - ou des entreprises.

Graphique autoconsommation résidentielle

Autoconsommation totale ou partielle : laquelle est privilégiée ?

L’autoconsommation avec injection de surplus sur le réseau - que l’on nomme souvent autoconsommation partielle - est largement majoritaire, puisqu’elle concerne 80 % des des installations en autoconsommation. En effet, il est beaucoup plus pratique de choisir ce mode de consommation qui évite d’avoir à investir dans une batterie de stockage. La possibilité de passer aux énergies renouvelables en produisant sa propre électricité et en vendant le surplus produit sur le réseau séduit donc de plus en plus de citoyens. En 2019, une étude parue dans Le Parisien affirmait que 63 % des Français se disaient intéressés par la production et l’autoconsommation de leur énergie.

Les perspectives pour l'autoconsommation photovoltaïque en France

Chiffre de l’autoconsommation : l’augmentation des installations dans la prochaine décennie

L’autoconsommation est depuis quelques années en plein développement et cette tendance devrait continuer dans les prochaines années. La sensibilité des nouvelles générations pour la question du dérèglement climatique et l’appétence d’un nombre de citoyens de plus en plus grand pour le “local” va dans le sens de l’autoconsommation. Le gestionnaire du réseau électrique haute tension RTE, cité dans un rapport de France Stratégie de 2019, prévoit une hausse de l’autoconsommation dans les 10 prochaines années. En 2030, les installations en autoconsommation pourraient atteindre les 4 millions et représenter “10 GW de puissance installée, soit 7 % à 8 % de la puissance renouvelable totale à cette date”. Néanmoins, l’autoconsommation doit faire face à des défis de taille pour se développer.

L'autoconsommation, pourquoi pas vous ?

Vous souhaitez vous aussi participer au grand chantier de la transition énergétique ? Passez à l’autoconsommation et réalisez des économies d’énergie ! Besoins d’informations ? Joignez nos conseillers solaires au 09 71 07 07 40 du lundi au vendredi de 9h45 à 18h00 (appel non surtaxé).

 

Transformer le réseau d’électricité pour pousser l’autoconsommation

L’autoconsommation comporte de nombreux avantages : produire sa propre électricité, impliquer les citoyens dans la transition énergétique, faire des économies d’énergies. Mais elle pose également des problématiques au réseau de transport de l’électricité. En effet l'autoconsommation consiste à décentraliser la production d’énergie, alors que le réseau est conçu de manière centralisée. Cela nécessite d’importants changements dans la structure du réseau afin de permettre aux installations en autoconsommation d’injecter le surplus. Il faut notamment renforcer le réseau Moyenne Tension (MT), Haute Tension (HT) et Très Haute Tension (THT) pour permettre une bonne intégration des installations photovoltaïques.

Développer des systèmes de stockages performants pour développer l’autoconsommation

Si vous vous êtes un petit peu intéressé au photovoltaïque, vous avez dû entendre parler de la question du stockage de l’électricité. En effet, il s’agit d’une question importante. L’énergie du soleil est récupérée lorsque le soleil brille. Jusque-là rien de nouveau sous le soleil ! Le problème est que l’électricité se stocke très mal, c’est-à-dire qu’elle doit impérativement être consommée au moment où elle est produite. Mais quand l’électricité est-elle produite par les panneaux solaires ? En journée, lorsque le soleil brille et que la plupart des gens travaillent ! Un des moyens de réellement autoconsommer son électricité est donc de la stocker pour la consommer de manière différée. Aujourd’hui les technologies de stockage par batterie sont chères et font grimper très facilement le prix des installations photovoltaïques. Les batteries les plus efficaces coûtent environ 8 000 €, soit le prix d’une installation de 3 kWc en surimposition. Néanmoins le prix des batteries tend à baisser. Ces dernières pourraient constituer un moyen de stockage compétitif d’ici quelques années.