Prévisions et bilan : l'après covid pour le secteur de l'énergie

Avec l'annonce du déconfinement le 11 mai dernier, de premiers bilans se dressent sur les effets du coronavirus dans le monde, et plus particulièrement dans celui de l'énergie. Dans un rapport spécial publié le 30 avril, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) parle même du “plus grand choc depuis plus de sept décennies”. L’électricité et les énergies fossiles semblent les plus touchées par cette crise sanitaire d’ampleur mondiale, entraînant ainsi les fournisseurs d’électricité et de gaz à revoir leur stratégie économique. Un chamboulement total qui poussera inévitablement à réfléchir sur nos modes de consommation actuels.

consommation électricité mondiale

Les conséquences d'une pandémie sur la consommation d’énergie mondiale

Une quarantaine de pays se sont vus entreprendre des mesures de confinement durant le mois d’avril, stoppant ainsi le quotidien de millions de personnes. Les retombées économiques sont alors importantes, n'épargnant aucun secteur, et nous rappellent la Grande Dépression de 1930 en ce qui concerne la production d’énergie et sa baisse de consommation.

La chute de la consommation d’électricité du secteur commercial et industriel

Une corrélation certaine est faite entre confinement et chute de la consommation d’électricité dans le monde. Elle s’explique notamment par l’arrêt total ou partiel des industries et des commerces qui a aussi affecté la production électrique notamment des centrales nucléaires. La demande du secteur résidentiel n’a alors pas suffit pour contrebalancer la perte de celle des activités industrielles et commerciales. Chaque mois de confinement, c’est donc une baisse moyenne de 20% qui est observée, soit une diminution annuelle de 1,5%. La reprise très progressive de l’économie laisse alors à penser que cette tendance ne s’améliorera pas de sitôt avec des prévisions de consommation électrique allant jusqu’à 5% de moins que l’année précédente. Il s’agit alors de la plus grosse perte de l’histoire, huit fois plus importante que celle observée après la crise de 2009. Les conséquences sur le long terme restent encore floues, mais sont à prévoir.

Les retombées du virus sur les énergies fossiles

L’électricité n’est pas la seule énergie impactée par l’épidémie, tout le domaine des combustibles fossiles est remis en cause avec une baisse attendue de 6% par rapport à 2019. Le charbon et le pétrole sont les plus touchés par les conséquences du confinement avec des pertes allant jusqu’à 9%. Des événements qui vont obliger les fournisseurs à s’adapter à la nouvelle demande et se renouveler pour ne pas faire faillite. L’énergie solaire photovoltaïque, hydraulique ou éolienne semble être une solution à la production d’électricité.

L'impact du virus sur la transition énergétique

Avant la crise, de nombreux pays ont mis en place des mesures visant à soutenir la transition énergétique et améliorer leur empreinte carbone. Que sont alors devenus ces projets avec l’apparition de cette épidémie, et surtout, peut-on espérer qu’ils s'accentuent avec le temps ?

Une orientation vers l’électricité verte

Les premières observations qui ressortent de cette crise sanitaire sont que les énergies renouvelables ont pris une part plus importante dans la production et l’approvisionnement d’électricité dans ce que l’on appelle le mix énergétique. Le nucléaire recule tandis que cette part a atteint les 28% au premier trimestre 2020 contre 26% en 2019, lors de cette même période notamment grâce à la source d’énergie solaire et éolienne. Une augmentation non-négligeable de 2% qui traduit le besoin des fournisseurs à produire de l’électricité à faible coût afin de répondre à la demande en baisse. Cela devrait continuer tout au long de l’année, permettant ainsi aux énergies renouvelables de profiter d’une hausse de 5% en part d’électricité produite.

Envie d'agir pour l'environnement ?

Choisir un fournisseur vert, c'est participer à son échelle à la transition écologique !

J'agis !

Des investissements freinés

Cependant, si les énergies renouvelables semblent être en bonnes voies, la transition énergétique n’est pas pour autant assurée. En effet, l’une des principales conséquences du covid pour les fournisseurs sera une diminution certaine de leurs bénéfices. Cela devrait donc nettement ralentir les projets et investissements dans le domaine du renouvelable, entraînant à son tour un ralentissement des installations solaires photovoltaïques, éoliennes et hydrauliques qui sont pourtant nécessaires pour sortir des énergies fossiles. Il y a donc fort à parier que seules les installations déjà mises en place ou en cours de construction participeront à la production d’électricité verte pour ces prochaines années.

A quoi doit-on s'attendre en France après la crise ?

Avec de telles observations, il est évident que des conséquences seront à prévoir dans le secteur de l’énergie. Oui, mais lesquelles ? La question reste entière et le restera tant que l’on ignorera la durée totale de la crise et ses conséquences sur l’économie.

Une augmentation du coût de l’énergie ?

Avec la diminution de la demande, on peut se questionner sur le coût de l’électricité. Ne subira-t-il pas d’augmentation à l’avenir ? La réponse semble encore incertaine, mais le gouvernement et les opérateurs se veulent rassurant en écartant cette possibilité. Cela demande donc aux fournisseurs de s’adapter en utilisant des énergies moins coûteuses comme le solaire ou l’éolien par exemple. De quoi faire reculer la part du charbon et le nucléaire dans la production d’électricité en Europe.

La libéralisation du secteur menacée ?

Depuis l’ouverture à la concurrence de 2007, de nombreux fournisseurs ont vu le jour permettant de réduire un peu plus le monopole installé par EDF jusqu’ici. Cependant, avec les conséquences économiques dues au virus, la libéralisation du secteur est menacée. Les plus petits opérateurs auront du mal à se relever de cette crise et de la chute de leurs recettes. Le marché restera toujours ouvert, mais la concurrence sera grandement limitée.

Si vous aussi vous souhaitez profiter du confinement pour passer aux énergies renouvelables et à l’électricité verte n’hésitez pas à utiliser notre comparateur afin de trouver la meilleure offre. Pour plus d’informations, vous pouvez également contacter nos conseillers au 09 75 18 60 60 (appel non-surtaxé). Nous sommes disponibles du lundi au vendredi de 8h00 à 21h00 et le samedi de 9h00 à 19h00