L'utilisation du bois peut-il diminuer notre impact environnemental ?

Vous avez une chaudière à bois ? Ou bien vous voulez changer d’appareil de chauffage mais vous hésitez concernant l'énergie à choisir pour chauffer votre logement ? Nous vous donnons ici un aperçu du bois, l’énergie la plus naturelle qu’il soit. Nous nous intéressons cette fois-ci à ce qui constitue le bois et tous les bénéfices que l’on peut en tirer pour nous et notre environnement.

L'utilisation du bois dans notre quotidien pour réduire notre impact environnemental

Le bois : un matériau issu de la captation du CO2 atmosphérique

Grâce à la photosynthèse l’arbre capte le dioxyde de carbone de l’air et l’associe à l’eau et aux éléments minéraux puisés dans le sol, pour élaborer les différentes molécules carbonées constituant le bois (cellulose, hémicelluloses, lignine…). Cette réaction se produit en exploitant l’énergie du soleil. Ainsi pour constituer 1m3 de bois, c’est environ 1t de CO2 qui a été prélevée dans l’atmosphère.

Vous ne connaissez pas bien le marché de l'énergie ?

Hello Watt vous aide à trouver le fournisseur qu'il vous faut !

Vite, des économies !

L’intérêt du bois réside non seulement dans le fait que sa fabrication, retire du CO2 de l’atmosphère mais également dans sa nature renouvelable à l’échelle humaine. Par ailleurs, il se prête bien aux réemplois successifs, en ricochet, jusqu’à sa valorisation ultime comme source d’énergie. Aussi, l’arbre est un puits de carbone efficace pendant une période de forte croissance qui finit par ralentir chez les arbres plus âgés.

Le triple effet : séquestration, stockage, substitution

La forêt française capte, chaque année, environ 22 % des émissions nationales de CO2, principal gaz à effet de serre et responsable majeur du réchauffement climatique. Mais la contribution de la forêt à l’atténuation du changement climatique ne s’arrête pas là, il faut également prendre en compte l’ensemble de la filière forêt-bois si l’on veut avoir une vision plus juste de l’impact sur le climat. À la séquestration du carbone en forêt et dans les sols forestiers, s’ajoutent son stockage et sa substitution par l’utilisation du matériau bois, deux autres effets indiscutables de la forêt sur le climat.

La séquestration en forêt

Par le mécanisme naturel de la photosynthèse, la forêt capte le CO2 de l’atmosphère et le séquestre dans différents « compartiments » : feuilles, branches, troncs, racines ainsi que dans le sol de façon importante.

La prolongation du stockage dans les produits bois

Lors de l’exploitation des arbres, une partie du carbone reste stockée au sein des éléments produits. Cet effet dépend directement de la qualité des bois et de leur utilisation : le stockage est prolongé de plusieurs décennies pour le bois de construction, à quelques mois pour les usages de l’emballage, du papier ou de l’énergie comme pour les poêles à bois. Ces derniers sont très complémentaires avec la chaudière à condensation pour une consommation énergétique issue des énergies renouvelables.

Le saviez-vous ?

L'entretien de votre chaudière est obligatoire ! Pour éviter de surconsommer ou d'avoir un appareil en panne, faites l'entretien de votre chaudière.

Un devis d'entretien chaudière en 2 minutes !

Les effets de substitution matériau et énergie

La substitution correspond aux émissions évitées par l’usage du bois en lieu et place de matériaux énergivores et/ou de matériaux dont la production et la transformation sont fortement émettrices de carbone. De plus, l’utilisation du bois en cascade, c’est-à-dire avec une première valorisation la plus durable possible, puis recyclé pour un autre usage (panneau de particules…) ou valorisé comme énergie, permet d’optimiser le bilan carbone en cumulant les effets de substitution. En parlant d’énergie, souhaitez-vous chauffer avec une chaudière à granulés ? Découvrez le prix des différents types de chaudière selon leur énergie.

En France métropolitaine, l’INRAE a évalué à 88 millions de tonnes (Mt) de CO2 par an, la séquestration de carbone dans l’écosystème forestier et à 42 Mt de CO2 par an, le stockage dans les produits à base de bois et la substitution par du bois, de matériaux ou d’énergie, gros consommateurs de gaz à effet de serre (métaux, béton, pétrole…).

La triple réponse : préservation, gestion durable, transformation et consommation locale

L'utilisation de davantage de bois dans notre vie quotidienne peut donc contribuer à l'atténuation du changement climatique, aux conditions suivantes :

  • ces bois, doivent provenir de forêts gérées durablement, c’est-à-dire garantissant la pérennisation du puits de carbone forestier (stockage dans les troncs, les sols, etc.),

  • et la mise en œuvre et l’utilisation de ces bois doivent participer à la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (utilisation de bois locaux, transformation et consommation en circuit court, recyclage, etc…).

En favorisant l’exploitation forestière sur une partie de nos forêts, l’utilisation du bois dynamise également la fonction de puits carbone forestier (capacité annuelle d'absorption de CO2 de l'atmosphère) par rapport à des forêts non exploitées. En effet, une récolte plus soutenue est un préalable au remplacement de peuplements forestiers peu productifs ou souffrant du changement climatique, par des nouvelles plantations plus productives. La dynamisation de l’exploitation forestière doit bien sûr être réalisée en réduisant l’empreinte écologique sur la forêt, notamment en préservant les sols forestiers et la biodiversité.

Sur près de 17 millions d’hectares, la forêt française couvre 1/3 de notre territoire. Plus d’un tiers de ces forêts bénéficie d’une certification de gestion durable (PEFC et/ou FSC). Les forêts avec document et certificat de gestion durable doivent se multiplier afin que 100% des bois exploités en soient issus.

La filière forêt-bois en France compte plus de 400 000 emplois directs et indirects qui représentent une diversité de savoir-faire présents sur tout le territoire et non-délocalisables. Cette filière est stratégique et porteuse d’avenir pour le développement d’une économie bas carbone. C’est l’une des missions de Plantons pour l’avenir par exemple, qui soutient le reboisement des forêts de manière intelligente et réfléchie pour l’avenir.

Ceci représente autant d’atouts et de garanties pour que l’utilisation du bois issu de la gestion durable et de l’exploitation de nos forêts, transformé et mis sur le marché par les entreprises et les industries de nos territoires, ait un impact non seulement environnemental, mais également sociétal et économique.