En France, le passage à l'heure d'hiver permet-il vraiment de faire des économies ?

Ce dimanche 28 octobre 2018, il sera l’heure de régler sa montre un cran en avant (l’éternel débat : on perd ou on gagne une heure ?), comme chaque année au moment du passage à l’heure d’hiver. Mais au fait, pourquoi vivons-nous à des heures différentes l’été et l’hiver ? Initialement adopté pour favoriser les économies d’énergie, le changement d’heure est de plus en plus débattu et vit peut-être ses derniers instants. Quels-sont réellement ses avantages ? On vous explique tout.

économie energie changement heure

D’où vient le changement d’heure en France ?

En France, l’heure d’hiver est l’heure de référence. Instauré durablement en 1976 (après quelques essais infructueux entre les deux guerres mondiales), le passage à l’heure d’été répondait alors à une volonté gouvernementale de réduire la consommation d’énergie, notamment pour l’éclairage en soirée, après le choc pétrolier de 1973 qui a vu s’envoler les prix du pétrole. En effet, en décalant d’une heure le temps officiel, on gagne une heure de luminosité en plus les soirs d’été. La consommation d’électricité est donc censée être réduite. Mais cette mesure est aujourd’hui controversée : en septembre dernier, le Président de la Commission Européenne, Jean-Claude Juncker, s’est prononcé en faveur de l’abolition de l’heure d’été.

Changement d’heure : vers une heure unique ?

En effet, à la suite d’une consultation publique menée par la Commission Européenne entre juillet et août 2018 auprès de 4,6 millions de personnes, il est apparu de façon très nette qu’une large majorité de citoyens européens étaient favorables à la suppression du changement d’heure. La plupart ne souhaiteraient vivre qu’à l’heure d’été, invoquant des raisons de santé pour en finir avec ce changement d’heure. Aucune étude fouillée ne corrobore ces arguments, mais certains médecins affirment toutefois que le changement d’heure perturberait notre organisme, tant au niveau des cycles du sommeil, des fonctions cardio-vasculaires, de la santé morale ou des réflexes, surtout chez les jeunes enfants ou les personnes âgées. Et oui Jamy, notre rythme biologique est profondément lié au cycle du soleil et à la luminosité. Pas de panique cependant : ces conséquences physiologiques restent à prouver.

Les points à retenir de la consultation publique menée par la Commission Européenne

Ce que pensent les français

Ils sont d'accord à

Expérience négative du changement d’heure

76 %

Favorables à l’abolition du changement d’heure

84 %

Préférence pour garder l'heure d'été

56 %

Abolir le changement d'heure pour des raisons de santé

43 %

Les voix des citoyens européens ont été entendues. Chaque État de l’Union Européenne a été ainsi invité à décider quelle heure il souhaite choisir, entre celle d’hiver et celle d’été, d’ici au mois d’avril 2019. La France n’a pas encore statué. Quoiqu’il en soit, la mise en place effective du choix n’arrivera pas avant 2020, le temps que chaque pays s’adapte.

Des économies d’énergie avec le changement d’heure en 2018 ?

C’est l’heure d’été qui est supposée créer des économies d’énergie - c’est d’ailleurs pour cela qu’elle a été instaurée, pour profiter au maximum de la lumière naturelle et donc réduire le recours à l’électricité. Mais avec le recul, il s’avère que ces économies d’énergie sont minimes : environ 440 GWh sur l’année, soit la consommation annuelle de 800 000 ménages, selon l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie). Les estimations révisées sont encore moins optimistes : on ne serait qu’à 0,07% de la consommation totale en matière d’économies d’énergie (351 GWh). Car si la consommation d’énergie pour l’éclairage artificiel diminue avec l’heure d’été - il fait jour plus tard -, elle est annulée par la hausse de la consommation due aux systèmes de climatisation (persistance de la chaleur le soir) ou au fait que le jour se lève aussi plus tard le matin. Cependant, ces constats sont à prendre avec des pincettes : le climat évolue, l’été se prolonge désormais généralement jusqu’au début du mois d’octobre, ce qui réduit les besoins en chauffage au petit matin.

Il n’y aurait donc que peu de différences dans les habitudes de consommation d’énergie entre l’hiver et l’été, d’autant que de plus en plus de foyers sont équipés de matériels rechargeables sur secteur (tablettes, ordinateurs, enceintes connectées, etc.).

Passage à l’heure d’hiver : quelques conseils pour faire des économies d’énergie

Le changement d’heure est l’occasion de remettre en question nos pratiques en matière de consommation d’énergie : le bon moment pour adopter des gestes utiles pour la planète.

  • Choisissez des ampoules LED. Leur intensité lumineuse dépend des lumens (intensité de lumière produite) et non pas des watts (consommation électrique), contrairement aux ampoules classiques. Résultat : les LED consomment 10 fois moins d’électricité qu’une ampoule à incandescence, et 6 à 8 fois moins qu’une ampoule halogène.

  • Pensez à éteindre la lumière quand vous quittez une pièce : ça ne sert à rien de l’éclairer si vous n’y êtes pas !

  • Enlevez régulièrement la poussière qui s’accumule sur vos ampoules. Plus une ampoule est sale, moins elle produira d’éclairage : vous aurez donc tendance à allumer plus de luminaires pour y voir clair.

  • Entretenez régulièrement votre système de chauffage (purge des radiateurs, maintenance de la chaudière, dépoussiérage des convecteurs électriques, etc.) : il fonctionnera mieux et consommera moins d’énergie.

  • Ne chauffez pas trop fort : on recommande 19 à 20°C pour les pièces à vivre, et 17°C dans les chambres. Un degré en moins par rapport à la température habituelle, et c’est 7 % d’économie réalisée sur votre facture d’énergie ! Et si vous partez quelques jours, laissez un fond de chauffage plutôt que de tout éteindre : vos appareils n’auront pas à tourner à plein régime pour chauffer votre logement lorsque vous reviendrez.

  • Posez des rideaux épais devant vos fenêtres : vous éviterez ainsi la déperdition de chaleur.

  • Fermez les portes des pièces les plus fraîches, pour que l’air froid ne fasse pas descendre la température ambiante de votre logement.

  • Réalisez de petits travaux d’isolation : ils bénéficient souvent de primes destinées à encourager les économies d’énergie.

Commentaires

Aucun commentaire.

Écrire un commentaire
Si vous saisissez quelque chose dans ce champ, votre commentaire sera considéré comme étant indésirable

Changez de fournisseur d'énergie

Préparez-vous à faire de sérieuses économies

Allons-y !