Salon de l’agriculture 2019 : une expérience unique !

Samedi dernier, j’étais au salon de l’agriculture. Et je peux vous assurer que ça m’a donné un regain d’énergie en ce qui concerne notre planète. A l’heure où l’on parle de réchauffement climatique, de pollution, qui sont de véritables problèmes, au salon, j’ai pu entendre parler de SOLUTIONS ! Et c’est stimulant ! J’ai appris beaucoup de choses sur le monde de l’agriculture et son lien indéniable avec la transition énergétique. Puisque nous sommes tous les acteurs de demain, retrouvez dans cet article les différents points que je vous ai (généreusement) partagés.

Découverte du Salon de l'Agriculture 2019

Première étape : arrivée au salon de l’agriculture

Avant toute chose, il faut savoir que le salon de l’agriculture figure parmi les événements les plus populaires de France. Et malgré un climat social tendu en particulier avec les gilets jaunes, j’ai été surprise de voir qu’il y avait beaucoup de monde pour le dernier weekend de l'événement. Par où commencer ? En arrivant dans le salon, plusieurs choix s’offrent à moi : en tout, 7 pavillons répartis en thématiques selon les animaux et les spécialités présentées. J’ai dû choisir entre :

  • Le pavillon des bovins, ovins, porcins, caprins

  • Le pavillon des équins, asins (les ânes) et de l’Artisanat et patrimoine rural de France

  • Le pavillon des Cultures & Filières Végétales

  • Le pavillon des 13 régions de France et leurs produits

  • Le pavillon des Services et métiers de l’agriculture, environnement et énergies et la ferme pédagogique du salon

  • Le pavillon de Régions et produits de France d’Outre-Mer

  • Le pavillon des Agricultures, délices et élevages du monde

  • Le pavillon Chiens et chats

Le pavillon des bovins à été mon premier choix pour me plonger dans le vif du sujet. Et puis surtout, je ne voulais pas manquer Imminence, la vache égérie du salon dont tout le monde s’arrache une photo.

Un pavillon assez étonnant puisque vaches, boeufs, moutons, sont exposés à côté des marques qui commercialisent de la viande et du fromage. Un petit rappel “avant-après” qui aurait sûrement fait fuir nos amis vegans. Je me suis ensuite empressée de me diriger vers le pavillon des équins où de magnifiques chevaux de traits, ânes et leurs petits attendaient sagement leur tour pour passer devant la ronde de présentation.

Deuxième étape : sensibilisation avec le monde agricole

Les agriculteurs, les acteurs du monde de demain

A midi, je me suis dirigée, affamée, vers le pavillon des 13 régions de France et leurs produits. Une pause déjeuner indispensable lorsque l’on sait qu’une après-midi entière de dégustation de vin et alcools régionaux attendent les visiteurs. Au cours de la journée, j’ai été marquée par plusieurs choses : il ressort du salon une véritable volonté de pédagogie axée sur le métier des agriculteurs et l’agriculture en général ainsi que leur mode de production. En effet, de nombreux exposants clament haut et fort que l’agriculture est au coeur de la Transition Énergétique ! Et pour cause, aujourd’hui 20% des énergies renouvelables en France sont produites par des agriculteurs soit 50 000 exploitations engagées dans les biocarburants, la méthanisation, le photovoltaïque et l'éolien.

Demain, ils pourraient être 280 000 d’après Christiane Lambert, présidente du FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles). Selon elle, les agriculteurs savent désormais capter le carbone, produire des biocarburants, du gaz vert. Ce dernier couplé avec la biomasse agricole promettent d’énormes possibilités pour l’avenir. L’ancienne éleveuse de porcs et syndicaliste agricole française annonce d’ors-et-déjà que la production d’énergies renouvelables agricoles devrait doubler en 2030 et tripler en 2050.

La méthanisation et le biogaz : l’agriculture se met bel et bien au vert

La méthanisation c'est quoi ?

Il s’agit d’un procédé qui permet de réutiliser les matières organiques en les transformant en méthane (biogaz) par une technique de fermentation.

 

Le vert est le mot d’ordre du salon. Les agriculteurs ont un ras-le-bos de la “désaffection” qui les touche. Trop peu de gens sont conscients de leur rôle prépondérant dans la Transition Énergétique. Même si la demande des consommateurs est en augmentation ces derniers temps. J’ai trouvé que le bio et le bien-être de l’animal sont aussi deux choses qui ont été mises en avant. "On voit très bien que nos concitoyens demandent plus de bio, plus de traçabilité. Tout cela, les agriculteurs se mettent en marche pour y répondre", explique encore le président du Salon au micro de RTL. Et le salon a décidé de mettre en oeuvre un dispositif pour marquer son empreinte dans le monde de l’écologie : avec 3 000 animaux sur le salon, je vous laisse imaginer la quantité de défections qu’il a pu y avoir. Le salon de l’agriculture a décidé cette année de transporter ces déchets à 45 km de Paris au Zoo de Thoiry. Là, ils ont été mélangés aux crottes de singes et tous les déchets du zoo pour être transformés en gaz. Thoiry a récemment construit une cuve de méthanisation pour que tous ces déchets y fermentent. Le gaz récupéré sert désormais à chauffer le bâtiment des girafes et ce, pour une durée d’un an !

Les 250 tonnes de fumier récoltés ont permis de montrer que les déchets agricoles sont une source d’énergie renouvelable conséquente et que la France est en retard. Notez qu’en Allemagne, il existe 10 000 installations de cuves de méthanisation contre 700 en France ! Comment expliquer ce retard ? Et bien tout simplement parce que l’odeur d’oeuf pourri qui se dégage des cuves gêne certains habitants et que la pollution engendrée par les camions transporteurs nuit également à la planète. Deux arguments qui ne plaisent pas aux agriculteurs. Pour eux, la méthanisation permet un complément de revenu et une façon de recycler les déchets. Une bonne chose qui a cependant ses limites : en Allemagne, 7% des terres ne servent plus à nourrir les habitants mais à faire pousser du maïs qui sera transformé en gaz (source : Virginie Garin au micro de RTL). Une politique à encadrer donc ...

Troisième étape : le pavillon outre mer, ce joli bazar … mais pas que

Entre deux verres de rhum-arrangé-coco, j’ai pu m’entretenir avec l’un des agriculteurs exposants sur le salon qui s'octroyait une petite pause dans la journée. Il m’a parlé d’économie circulaire, et j’ai pu lui poser quelques questions. L’économie circulaire, c’est le fait de réutiliser des déchets pour en faire une énergie. La méthanisation en est son principal vecteur. Mais derrière ce principe, on peut y voir le développement d’une production locale et écologique grâce à l’agriculture. La clef de l’avenir est probablement là : en mutualisant leurs investissements les agriculteurs produisent plus de quantité de biogaz et alimentent un nombre de consommateurs toujours plus grands ! Dans le secteur de l’énergie, ça commence à bouger.

En effet, les fournisseurs d’électricité et de gaz se mettent à produire de l’électricité verte et proposer du biogaz à leurs consommateurs. C’est le cas d’Ilek aujourd’hui. Et j’ai été heureuse de constater que de plus en plus de personnes y sont sensibles. J’ai vu des enfants comme des parents poser des questions aux exposants avec beaucoup d’engagement.

Pour ne pas m’éterniser, je dirai que le Salon International de l’Agriculture était une très bonne expérience ! C’était une grande première pour moi d'être aux côtés de 633 212 visiteurs au Salon de l'Agriculture. Je ne manquerai pas d’y retourner. Alors, on s’y retrouve l’année prochaine ?

Commentaires

Aucun commentaire.

Écrire un commentaire
Si vous saisissez quelque chose dans ce champ, votre commentaire sera considéré comme étant indésirable

Changez de fournisseur d'énergie

Préparez-vous à faire de sérieuses économies

Allons-y !