Révision de l'étiquette énergie : des modifications pour plus de clarté

Votre déménagement approche à grand pas, mais vous n’avez toujours pas de frigo ? Si vous vous rendez dans un magasin d'électroménagers, vous remarquerez plusieurs étiquettes, pas toujours simples à déchiffrer. Historiquement, l’étiquette énergie existe depuis 1979, mise en place à l’échelle européenne. Malgré l’échec de ce premier essai, le Conseil européen rend l’étiquette énergie obligatoire en septembre 1992, pour tous les Etats membres. Depuis, plusieurs modifications ont été apportées à l’étiquette, pour suivre l’évolution des différents appareils ménagers et pour s’adapter aux nouvelles technologies disponibles en magasin. Cependant, depuis quelques années, les étiquettes sont de moins en moins compréhensibles et bien souvent, le classement des appareils n’est pas représentatif de leurs performances. Le 21 mars, de nouvelles étiquettes vont être mises en place dans les magasins physiques et online. Alors à quelles modifications doit-on s’attendre suite aux décisions de la Commission européenne ? Quelques précisions dans cet article.

révision de l'étiquette énergie

Une étiquette énergie devenue obsolète

L’étiquette telle qu’on la connaît aujourd’hui (qui ressemble un peu à une étiquette DPE ou GES) date de 2010, et n’a donc pas été retouchée en 10 ans. Pourtant, la technologie et les améliorations sur les équipements ménagers n’ont eux, pas faibli ! Choisir un équipement peu énergivore, est une démarche primordiale parmi les formalités d’un déménagement. La diversification de l’offre sur certains produits et la réduction de la consommation d’énergie sur d’autres, rend l’étiquette de moins en moins fiable. En effet, la plus haute marche du podium est nommée “A+++” : pas facile de savoir ce que cela signifie réellement !

Encore plus d'économies ?

C'est très simple ! Si votre facture d'énergie est encore trop salée en fin de mois, il est peut être temps de changer de fournisseur !

Quel fournisseur choisir ?

Des équipements ménagers de mieux en mieux classés

Bien qu’elle soit aujourd’hui un peu contestable, l’étiquette a malgré tout permis de belles avancées, et notamment une nette progression de l’efficacité énergétique des appareils électroménagers. L’UFC Que Choisir a par exemple constaté pour les réfrigérateurs, la quasi disparition des équipements compris entre B et D, que deux tiers étaient classés "A+" et le tiers restant classé "A++" ou "A+++". La progression de l’efficacité de ces appareils n’est bien sûr pas du seul fait de la mise en place des étiquettes, et est notamment due aux mesures d’éco-conception prises par la Commission européenne.

Etiquette énergie : une faible fiabilité

Mais alors quel est l’intérêt d’avoir un classement si long, si tous les équipements sont dans le haut du panier ? Est-ce que l’étiquette serait devenue obsolète ? Dans les faits, elle est surtout devenue inutile, et n’est plus un réel indicateur de la performance d’un appareil. En tant que consommateur, il est devenu difficile de faire confiance à tel ou tel produit, si tous se targuent d’avoir la meilleure efficacité.

Outre ce problème de surévaluation des produits, une étude UFC Que Choisir de 2016 a constaté que beaucoup d’appareils étaient finalement mal étiquetés, voire non-étiquetés. Voici ce qu’elle relève :

  • 35% des équipements sont mal étiquetés et 17% ne le sont pas

  • 10% des équipements dans les enseignes physiques sont mal étiquetés et 19% ne le sont pas

  • 70% des équipements dans les magasins en ligne sont mal étiquetés et 14% ne le sont pas

Des chiffres ahurissants, quand on sait que ce classement se veut être une référence et un indicateur fiable pour les consommateurs. Lorsque l’on connaît les augmentation des prix de l’électricité, cela peut avoir un vrai impact sur la facture d’énergie. L’étiquette n’est donc à ce jour plus crédible, et remplie même un objectif inverse : désinformer le client.

La nouvelle étiquette énergie : plus de transparence

La Commission Européenne cherche donc depuis quelques années à rendre ses lettres de noblesse à une étiquette devenue trop vite obsolète. Son but vise à rendre sa pertinence à l’étiquette, en donnant une information concrète aux consommateurs et qui permette de réaliser une véritable comparaison entre deux produits. Seront concernés les :

  • Lave-vaisselles

  • Lave-linges et lave-linges séchants

  • Réfrigérateurs

  • Ampoules

  • Télés, écrans et tout autre système d’affichage numérique

Une nouvelle notation pour les étiquettes énergie

La principale mesure concerne un retour de la notation de A à G, et de la suppression des symboles “+”, qui aujourd’hui sont trop flous pour les consommateurs. La nouvelle étiquette énergie va reclasser la totalité des appareils, et certains aujourd’hui notés “A+++” pourront être classés “C”. Au moment du lancement de l’étiquette, les premières places A et B ne seront presques pas utilisées, afin d’anticiper les futurs améliorations des appareils, qui seront plus performants et plus économes qu’aujourd’hui. L’étiquette sera aussi équipée d’un QR code, qui permettra d’accéder à une base de données des produits.

La durabilité des produits pas encore prise en compte

L’un des principaux critères de choix pour les consommateurs est aussi la durée de vie d’un produit. Encore trop peu d’informations sont disponibles en magasin (physique et en ligne) et les étiquettes, anciennes et nouvelles, ne prennent pas en compte ce paramètre. Les différentes suspicions d'obsolescence programmée sur certains appareils, ne fait que renforcer ce sentiment de désinformation de la part des constructeurs. L’apparition d’une nouvelle mention sur la durabilité des produits permettrait de rassurer les consommateurs et de les aider à mieux choisir leurs produits.

Que retenir de la mise à jour des étiquettes ?

Difficile aujourd’hui de dire si cette mise à jour de l’étiquette permettra une meilleure compréhension des performances des appareils électroménagers. Certaines informations ne sont pas toujours simples à comprendre, notamment la consommation en kWh. Une étude allemande relève que seulement 9% des sondés parviennent à estimer les conséquences économiques d’un appareil sur leur facture d’énergie. Quoi qu’il en soit, une mise à jour des étiquettes est un premier pas en avant, et nous pourrons mieux juger de leur efficacité en mars 2021, lors de leur lancement.
D’ici là, vous pouvez déjà réduire vos factures d’énergie, en changeant de fournisseur grâce à notre comparateur en ligne. Vous pouvez aussi contacter directement l’un de nos conseillers énergie, au 09 75 18 60 60 (appel non-surtaxé), du lundi au vendredi de 8h00 à 21h00 et le samedi de 9h00 à 19h00.