Augmentation des tarifs réglementés du gaz au 1er novembre 2017

La Commission de Régulation de l'Énergie (CRE), sur proposition du fournisseur historique Engie (anciennement GDF), a décidé d’augmenter les tarifs réglementés du gaz naturel au 1er Novembre 2017. Cette augmentation concerne des millions de français qui sont encore aujourd’hui facturés à ces prix par Engie. Il faut savoir que c’est le deuxième mois de suite que ces tarifs réglementés du gaz augmentent. En effet, leur hausse en Octobre 2017 a été en moyenne de 1,2%. A quoi servent exactement les tarifs réglementés de vente du gaz ? Comment sont calculées et décidées les hausses ou les baisses de ces tarifs ? Quelle est l’augmentation prévue au 1er Novembre 2017 ? Cet article va tenter de répondre à toutes ces questions.

Les tarifs réglementés de vente du gaz augmentent en Novembre 2017 !

 

Consulter les prix du gaz naturel actualisés

À quoi servent les tarifs réglementés du gaz ?

Avant l’ouverture à la concurrence du marché du gaz en France, les tarifs réglementés étaient les seuls proposés aux français. Par ailleurs, les particuliers ne pouvaient pas choisir leur fournisseur de gaz naturel. En effet, le territoire français était contrôlé par le fournisseur historique Engie (anciennement GDF) et quelques Entreprises Locales de Distribution (ELD) qui avaient le monopole du gaz dans certaines zones. Heureusement, les choses sont aujourd’hui différentes et il est tout à fait possible de changer de fournisseur pour en trouver un moins cher. De fait, les fournisseurs alternatifs sont libres de fixer le prix du gaz naturel qu’ils trouvent juste, en fonction de leurs coûts d’approvisionnement. Les offres proposées par des entreprises comme Total Direct Energie sont donc très attractives en comparaison avec les tarifs réglementés du gaz. Surtout quand ils augmentent comme c’est le cas au mois de Novembre et comme ce fut le cas un mois plus tôt.

Ça vous dirait de payer votre énergie moins cher ?

Avec Hello Watt, dites Bye Bye aux factures énergétiques trop salées !

Je fais des économies !

Les tarifs réglementés du gaz sont divisés en plusieurs catégories en fonction de la consommation de gaz naturel des particuliers. Ainsi, on retrouve le tarif Base pour la cuisson seulement, le tarif B0 pour la production d’eau chaude sanitaire et la cuisson et enfin le tarif B1 pour le chauffage au gaz. Pour les professionnels, on retrouve par exemple le tarif B2I qui correspond approximativement à la consommation en gaz naturel d’une petite chaufferie.

De plus, il faut savoir que les tarifs réglementés du gaz permettent au fournisseur historique Engie (anciennement GDF) de compenser ses coûts d’approvisionnement. C’est donc l’entreprise qui propose un tarif à la Commission de Régulation de l'Énergie en fonction de l’évolution de ses coûts. La CRE peut alors appliquer la proposition d’Engie ou bien la rejeter.

Enfin, les tarifs réglementés du gaz vont peu à peu disparaître. De fait, un décret qui encadrait les modalités de fixation de ces tarifs a été annulé par le Conseil d’Etat en 2013. Des tarifs auparavant destinés aux entreprises ont par ailleurs déjà disparu, le marché de l’énergie pour les professionnels s’étant libéralisé plus tôt que celui des particuliers.

Quelle est l’augmentation des tarifs réglementés du gaz au 1er novembre 2017 ?

Le 31 Octobre 2017, la Commission de Régulation de l’Energie a donc annoncé une hausse des tarifs réglementés du gaz au 1er Novembre 2017. Une hausse avait déjà eu lieu au mois d’Octobre 2017. Toutes les classes de consommation vont subir une augmentation du tarif de 13 centimes du kWh. Cela signifie une hausse moyenne des tarifs réglementés du gaz (TRV) de 2,58% mais ce chiffre n’est pas vrai pour toutes les catégories de consommation. En effet, les hausses respectives en pourcentage sont de :

  • + 0,8% pour le tarif Base qui concerne les usagers utilisant le gaz simplement pour la cuisson

  • + 1,5% pour le tarif B0 qui concerne les particuliers se servant du gaz pour la cuisson et la production d’eau chaude sanitaire

  • + 2,7 % pour le tarif B1 qui concerne les utilisateurs se chauffant au gaz

  • + 3,1 % pour le tarif B2I réservé aux professionnels et qui correspond à la consommation de gaz d’une petite chaufferie

Pour information, voici un tableau récapitulant l’ensemble des évolutions des tarifs réglementés du gaz depuis le début de l’année 2017 :

Date de l'évolution

Evolution moyenne

Tarif Base

Tarif B0

Tarif B1

Tarif B2I

1er Janvier 2017

+ 2,3 %

+ 0,8 %

+ 1,4 %

+ 2,4 %

+ 2,7%

1er Février 2017

- 0,6 %

- 0,2 %

- 0,4 %

- 0,6 %

- 0,7 %

1er Mars 2017

+ 2,6 %

+ 0,9 %

+ 1,7 %

+ 2,7 %

+ 3,1 %

1er Avril 2017

- 0,7 %

- 0,3 %

- 0,5 %

- 0,8 %

- 0,9 %

1er Mai 2017

- 3,3 %

- 1,2 %

- 2,1 %

- 3,4 %

- 4,0 %

1er Juin 2017

-

-

-

-

-

1er Juillet 2017

- 4,3 %

- 2,0 %

- 3,9 %

- 4,4 %

- 4,6 %

1er Août 2017

- 0,8 %

- 0,3 %

- 0,5 %

- 0,8 %

- 1,0 %

1er Septembre 2017

-

-

-

-

-

1er Octobre 2017

+ 1,2 %

+ 0,4 %

+ 0,7 %

+ 1,2 %

+ 1,5 %

1er Novembre 2017

+ 2,6 %

+ 0,8 %

+ 1,5 %

+ 2,7 %

+ 3,1 %

N'attendez pas pour faire des économies !

Les tarifs réglementés du gaz naturel disparaîtront le 1er juillet 2023. En attendant vous pouvez déjà trouver un fournisseur moins cher qu'Engie.

Je compare les prix

Comment sont décidés les hausses (et les baisses) des tarifs réglementés du gaz ?

En principe, les tarifs réglementés du gaz sont fixés une fois par an en France. En effet, après avis de la CRE, les ministres chargés de l’économie et de l’énergie publient un arrêté définissant l’évolution des tarif réglementé. Pourtant, ces prix sont tout de même modifiés durant l’année : une fois par mois en pratique. Les évolutions se calculent grâce à une formule mathématique qui prend en compte les coûts d’approvisionnement supportés par Engie. Le processus d’augmentation ou de baisse des tarifs réglementés du gaz se fait systématiquement en plusieurs étapes :

  1. Engie analyse mensuellement ses coûts d’approvisionnement

  2. Le fournisseur historique peut donc calculer la hausse ou la baisse de ces coûts

  3. Il propose ensuite à la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) de répercuter cette hausse ou cette baisse sur les tarifs réglementés du gaz

  4. La CRE analyse à son tour les coûts d’approvisionnement supportés par Engie

  5. L’organe de régulation décide ensuite de proposer soit le chiffre proposé par Engie soit son propre chiffre

  6. Si le chiffre d’Engie n’est pas accepté, des négociations entre les deux entités peuvent avoir lieu

  7. Finalement, les ministres chargés de l’économie et de l’énergie publient un arrêté mentionnant actant l’évolution des tarifs réglementés du gaz

Tournons nous maintenant vers l’évolution des tarifs du gaz chez les fournisseurs alternatifs. Pour ce faire, il faut d’abord comprendre qu’il existe différents types d’offres de fourniture de gaz. Chez certains fournisseurs alternatifs, le prix du kWh peut être fixé le jour de la souscription et ne pas évoluer pendant une certaine durée. Dans ce cas là, il n’y a pas de souci à se faire mais le désavantage est qu’il n’est pas non plus possible de profiter des baisses de prix (à moins de changer à nouveau d’offre, les contrats étant toujours sans engagement !). Il y a ensuite des offres qui prennent en compte les prix du marché et peuvent donc évoluer fréquemment. Enfin, on retrouve des offres qui suivent les évolutions des tarifs réglementés du gaz mais en restant quand même moins chères. Pour les français qui ont souscrit à une telle offre, les augmentations des tarifs réglementés du gaz impactent donc leur prix du kWh.
Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire, si ce n’est pas déjà fait: direction notre comparateur en ligne d’offres de fourniture d’électricité et de gaz pour trouver le meilleur tarif de gaz pour votre logement.